Mini-revues : Don’t Breathe, Blair Witch et Train to Busan

minirevues

Comme je manque de temps en ce moment mais que j’ai quand même envie de vous donner mon avis sur les plus grosses sorties de 2016 en matière d’horreur, voici trois mini-revues des films Don’t Breathe, Blair Witch et Train to Busan, que j’ai mis beaucoup trop de temps à voir mais qui m’ont tous les trois pas mal plu, pour des raisons différentes.

Lire la suite

Catacombes (2014)

Catacombes, réalisé par John Erick Dowdle, est un film qui se déroule, vous l’aurez deviné, dans les catacombes de Paris. Et c’est pas SI mal.

cataban

Peu importe ce que je lis de négatif à propos de Catacombes, je n’arrive pas à faire autrement que défendre ce film – qui m’a pourtant bien gonflée pendant une heure avant de se décider à m’offrir quelques frissons intéressants. Il y a des longueurs, des incohérences, beaucoup d’ennui, et des twists tellement gros qu’on ne peut qu’en rire, mais, malgré tout ça, je persiste à recommander ce film et à en parler avec une certaine tendresse.

Lire la suite

Grave Encounters 2 : La peur du vide

Grave Encounters 2, réalisé par John Poliquin sur un scénario des Vicious Brothers, est l’une des pires suites de l’histoire du cinéma d’horreur. Mais bon, j’suis cool, je vous en parle quand même.

Je vais être honnête avec vous. Si je le pouvais, je me contenterais d’un simple haïku pour cette revue. Et ça donnerait quelque chose dans ce goût là :

Grave Encounters 2
Dis-moi pourquoi tant de haine
Envers ton public ?

Voilà. Je pense que ça suffirait à résumer la situation. Mais comme on est pas sur revues-de-films-d’horreur-en-5-7-5.com, va falloir argumenter un peu – et notez bien, chers lecteurs, que j’enfante de cette revue dans la douleur. Alors n’hésitez pas à m’envoyer des fleurs, des gâteaux, de la tartiflette et 1.5 tonnes de boeuf séché pour me récompenser. Allez, c’est parti.

Lire la suite

Concours Atrocious : 5 DVD à gagner !

À l’occasion de la sortie en DVD et Blu-ray d’Atrocious le 11 avril 2012, madmoiZelle et Wild Side vous proposent de gagner 5 DVD du film !

Eh ouais, un concours s’achève, un autre commence, c’est le cycle de la vie qui s’illustre sur le Blog Horreur – preuve que j’suis encore plus cool que le Père Noël.

Mes bien chers frères, mes bien chères soeurs, nous sommes réunis ici pour célébrer la sortie en DVD et Blu-ray du film Atrocious prévue pour le 11 avril 2012. Souvenez-vous, je vous en avais déjà parlé dans ma revue datée du 3 octobre 2011, et déjà à cette époque je vous conseillais de jeter un oeil à ce petit film de found footage espagnol réalisé par Fernando Barreda Luna. Et aujourd’hui, comme je ne suis que générosité et bonté d’âme, j’offre la possibilité à 5 d’entre vous de recevoir le DVD d’Atrocious.

Pour rappel, un petit synopsis :

Plus de dix ans après le phénomène Blair Witch, ATROCIOUS explore avec brio les codes
les plus sombres d’un thème rare au cinéma : les légendes urbaines.
37 heures d’enregistrements vidéo retrouvés. 3 corps défigurés. Et un mystère qui n’a pas
fini de terrifier des générations de spectateurs.
Atroce, glaçante et bien réelle, la réponse est pourtant en chacun de nous…

Et la bande-annonce :

Pour participer, c’est très simple, il vous suffit – comme d’hab – de me laisser un petit mot d’amour dans les commentaires avant le vendredi 13 avril (c’est pas le moment d’être superstitieux les copains). Rappelons que le concours est limité à la France métropolitaine et à une participation par foyer – essayez pas d’m’arnaquer. Le tirage au sort sera effectué vendredi 13 au soir, alors surveillez vos boites mail en fin de semaine prochaine – parce que si vous mettez trop de temps à répondre, je file votre cadeau à quelqu’un d’autre (c’est mon côté sombre).

Notez également qu’il est fort possible que votre commentaire passe en modération et qu’il n’apparaisse pas tout de suite – il faudra attendre que je le valide, alors ne vous excitez pas et ne repostez pas votre commentaire 58 fois, promis, il finira par apparaître.

Allez, c’est parti, bonne chance à tous, que la force soit avec vous, croyez en vous, et soyez sages, je vous aime, bisous qui piquent.

Après on pourra aller chasser les fantômes ensemble dans la forêt, j’ai des reçu super lunettes infrarouge pour l’occasion, qui nous seront bien utiles dans notre quête, alors viendez avec moi !

HOP, TERMINÉ, SURVEILLEZ VOS BOITES MAILS !

Evil Things (2009) – Le film qui était PRESQUE bien

Evil Things est un petit film indépendant réalisé par Dominic Perez dont on a entendu parler pour la première fois en 2009 mais qui n’est sorti en DVD qu’en juillet 2011. Après avoir passé deux ans à ne lire que du bien de ce film, j’ai enfin pu mettre la main dessus… et j’ai PRESQUE aimé ça.

Evil Things, c’est l’histoire de cinq jeunes qui se barrent passer un weekend dans une maison perdue au milieu de nulle part, en pleine forêt enneigée. Tout va bien, jusqu’au moment où ils réalisent… qu’ils ne sont plus seuls. On peut difficilement faire plus simple. L’un d’entre eux, Leo, décide de filmer l’expérience de A à Z, et c’est donc grâce à cette merveilleuse initiative que nous pouvons à notre tour voir ces images. Images qui, entre temps, ont été récupérées par le FBI, parce que Leo et ses potes ont… DISPARU ! Dun-dun-duuuuunnnn.

Lire la suite

Atrocious (2010)

Atrocious est un film espagnol qui raconte l’histoire du massacre d’une famille, composé d’images recueillies par les caméras de deux frères et soeurs, qui enquêtent sur des légendes urbaines. Ça fout une bonne petite pression comme on les aime.

Atrocious, réalisé par Fernando Barreda Luna, utilise la technique infaillible (haha, ou pas) des images récupérées par la police et montées pour en faire un film qui fait peur – zéro crédibilité sur ce point, à moins qu’on nous fasse mater des snuff movies à notre insu, mais soit. Ça a très bien marché pour Blair Witch, donc tant que ça reste un minimum cohérent, on fait comme si on y croyait. Et Atrocious prouve encore une fois que le genre du found footage n’est pas mort, et n’est pas non plus à jeter. Il y a encore du bon, et tous ceux qui ont une bonne idée mais un budget qui se limite à trois euros et deux sandwiches triangle ont quand même leur chance.

July et Cristian ont une passion en commun : les légendes urbaines. Et comme ils ont aussi une caméra et une connexion internet, ils s’amusent régulièrement à enquêter sur différentes légendes et à poster le résultat en ligne. Ils profitent donc d’une semaine en famille dans leur maison de Sitges pour enquêter sur une légende locale : une jeune fille se serait perdue dans les bois en 1940, et apparaîtrait régulièrement pour montrer le chemin à ceux qui s’y perdent la nuit. L’occasion idéale d’aller jouer les Winchester, caméra à l’épaule. Mais comme nous le rappelle le début du film, ils ne survivront pas à cette aventure. Mais QUI ou QUOI a bien pu leur faire du bobo ? MYSTÈRE.

De l’art de maîtriser le Rien

A partir de là, vous vous doutez bien que je ne peux plus trop m’étendre sur les détails du film, sinon je vais me retrouver avec une foule en colère sous mes fenêtres et je serai lapidée sur la place publique (je vous connais). Mais je vais répondre tout de suite à la question qui vous brûle les lèvres : Atrocious est-il un film qui vaut le détour ? OUI. Oui mesdames, oui messieurs, si le found footage c’est votre came, prière de regarder ce film SUR LE CHAMP. Ouais bon dit comme ça on dirait que je vous présente le nouveau Blair Witch (quoi que, si j’en crois ceux qui ne l’ont vu que récemment « pfff, c’est nul, y s’passe que dalle, Paranormal Activity ça fait plus peur que ça hein« ), alors que non, Atrocious n’est pas sans défauts. Mais il est quand même vachement cool, il met bien la pression comme il faut, sans trop insister.

Le truc, c’est que ça se joue vraiment sur pas grand chose. Contrairement à Grave Encounters, par exemple, qui utilisait tous les trucs possible et imaginables pour terroriser le public, quitte à en faire un peu des caisses, Atrocious mise sur la subtilité. Vous allez clairement flipper pour pas grand chose, dans le sens ou non, il n’y a pas de comptines pour enfants, de fantômes en colère, d’apparitions brutales, de meubles qui volent dans tous les sens… Mais c’est le fait de ne RIEN savoir pendant tout le film qui risque de vous tuer. Ceux qui préfèrent les films qui jouent sur la pression psychologique plutôt que les effets visuels à outrance seront ravis.

Un film qui nous prend pas pour des cons

Le film prend le temps qu’il faut pour s’installer, poser le décor et l’ambiance, nous familiariser avec les lieux et les personnages. Et au moment où on commence à se sentir chez nous, et à se dire que « mouais, bon, dodo un peu là »… BIM. Pression. Et après ça, la tension monte de minute en minute jusqu’à nous crisper complètement. Et, tout en serrant votre couette dans vos petits poings en redoutant chaque virage pris par la caméra, vous vous demanderez « MAIS QU’EST-CE QUI SE PASSE BORDEL DE MERDE ? C’EST QUI ? C’EST QUOI ? C’EST OÙ ? POURQUOI ? » – mais il faudra attendre les toutes dernières minutes pour trouver la réponse.

Alors à un moment, j’me suis prise pour une experte du FBI et je me suis dit « pfff, nan mais ça va, c’est grillé là, je sais c’qui s’passe, arrêtez de me prendre pour une bite ». Et après j’me suis pris une petite claque dans la gueule parce que j’y étais pas du tout. Mais j’ai bien kiffé. Ça aurait été carrément moins drôle si j’avais eu raison (notez que je n’aime avoir tort que dans ce cadre là, sinon je tape des gens).

Donc oui, je vous recommande Atrocious, et je re-signe mon contrat de confiance avec les films d’horreur espagnols. Maintenant je vais appeler ma mère et pleurer doucement dans le combiné en la suppliant à voix basse de me laisser rentrer à la maison.

The Tunnel (2011)

Réalisé par Carlo Ledesma

J’adore les films australiens. Wolf Creek, Lake Mungo, The Loved Ones, ou encore Rogue sont des films dont je garde un souvenir ému (comprendre : un souvenir efficace qui m’envoie des petits frissons de peur dans la colonne). Alors quand j’ai entendu parler de The Tunnel pour la première fois (merci Hsztheater, toujours là pour me conseiller de nouveaux films),et que j’ai compris qu’il s’agissait d’un film australien, je me suis jetée dessus. Eh bah putain, j’ai bien fait, mais je dormirai certainement plus jamais de ma vie.

Lire la suite