Mini-revues : Don’t Breathe, Blair Witch et Train to Busan

minirevues

Comme je manque de temps en ce moment mais que j’ai quand même envie de vous donner mon avis sur les plus grosses sorties de 2016 en matière d’horreur, voici trois mini-revues des films Don’t Breathe, Blair Witch et Train to Busan, que j’ai mis beaucoup trop de temps à voir mais qui m’ont tous les trois pas mal plu, pour des raisons différentes.

Don’t Breathe, de Fede Alvarez

J’ai. Flippé. Mais genre FLIPPÉ. F-L-I-P-P-É.

J’en avais entendu que du bien, et j’ai regretté très amèrement de l’avoir raté au cinéma – parce que vu l’effet que ça m’a fait en plein jour devant ma télé, j’ose même pas imaginé la transe dans laquelle ça m’aurait foutue si j’avais pu le voir sur grand écran. Je demeure éternellement amoureuse de Jane Levy, et j’étais déjà assez convaincue du talent de Fede Alvarez après avoir vu sa version d’Evil Dead, mais là, avec une oeuvre originale, il m’a retourné la tête.

J’ai passé tout le film à stresser, à me plaquer la main sur la bouche comme une débutante, et à respirer par à-coups. Excellent bilan donc, énormément de plaisir, j’aimerais voir des films comme celui-ci toutes les semaines. Ça me confirme que 2016 n’était vraiment pas une mauvaise année pour le genre.

Sortie en blu-ray et DVD prévue le 17 février.

Blair Witch, d’Adam Wingard

Comme beaucoup, j’étais extrêmement excitée à l’idée de voir un nouveau film Blair Witch réalisé par Adam Wingard, dont j’aime plutôt bien la filmographie pour l’instant. Et comme beaucoup, j’ai été vachement refroidie par les critiques tiédasses du film, qui témoignaient généralement d’une grande déception ou carrément d’un sentiment de trahison face à cette promesse qui, vraisemblablement, n’avait pas été tenue.

Je me suis donc lancée dans le film sans y placer trop d’espoir, prête à être déçue à mon tour, puisqu’il est assez rare que je sois complètement en désaccord avec la majeure partie des critiques, et finalement, ben j’ai bien aimé. Du coup je ne sais pas si c’est parce que je suis trop bon public et pas assez critique, et à la limite je dois dire que je m’en branle un peu – le but n’étant pas d’adhérer à la majorité mais de prendre du plaisir, et pour ma part, ce fut le cas devant Blair Witch.

J’ai depuis longtemps perdu l’habitude de flipper devant des films quand je les regarde chez moi, ça fonctionne toujours très bien au cinéma mais assez rarement quand je suis dans le confort de mon appartement face à ma télé de taille raisonnable mais loin d’égaler un écran de ciné, et pourtant, je dois avouer avoir été plusieurs fois mal à l’aise devant le film. J’ai sursauté, j’ai eu peur, j’ai serré les poings d’appréhension, et j’ai trouvé la représentation de la sorcière suffisamment efficace pour me mettre dans le même état que lorsque j’ai vu Le Projet Blair Witch pour la première fois.

La sensation n’était pas exactement la même – Adam Wingard ayant fait le choix de nous montrer beaucoup plus de choses que Daniel Myrick et Eduardo Sánchez – mais le résultat est sans appel : j’ai pris du plaisir, et j’ai frissonné. C’était tout ce que je demandais à ce film, je ne misais pas l’avenir de toute une franchise dessus, je ne m’attendais pas à ce qu’il révolutionne le genre du found footage, mais ce que j’ai vu a largement suffi à satisfaire mes attentes lorsque je regarde un film d’horreur qui se déroule dans les bois – et pour tout ça, je ne peux que lui attribuer une bonne note. Tant pis si je fais partie des rares à en chanter les louanges, ça m’était déjà arrivé pour Blair Witch 2 (pour des raisons radicalement différentes, certes), et je ne suis pas à une contradiction près. Donc oui, j’ai aimé Blair Witch, même si c’était pas dingo non plus, et j’ai même envie de le revoir, figurez-vous.

D’ailleurs, il sortira en DVD et Blu-ray le 23 janvier prochain.

Train to Busan, de Sang-ho Yeon

Là aussi, je m’en veux fortement de l’avoir raté, d’autant qu’il passait au cinéma en bas de chez moi et qu’il est resté à l’affiche plusieurs semaines, donc j’ai vraiment merdé, mais au moins j’ai réussi à rattraper ma connerie en le regardant sous ma couette et bien que l’expérience ne soit pas la même, j’ai passé un excellent moment.

Si vous me lisez depuis un moment, vous le savez, j’en ai ma claque des histoires de zombies et d’épidémies, c’est un sous-genre fourre-tout sur lequel on se jette souvent pour faire du blé parce que ça marche pas trop mal et que c’est pas ce qu’il y a de plus compliqué à faire, et du coup c’est rarement sincère et rarement original.

Si Train to Busan ne réinvente pas le genre des infectés, il a au moins le mérite de le rendre à nouveau excitant avec un film qui fonctionne à merveille, qui m’a foutu un stress démesuré au cul et qui m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière seconde. C’est beau, c’est bien fait, c’est flippant, le rythme est impeccable, ça ne s’épuise pas une seconde, bref, énorme réussite et la prochaine fois qu’on me suppliera d’aller voir un film au cinéma, je dirai oui au lieu de le rater comme une grosse idiote et de me priver de la moitié des sensations fortes qu’il peut m’apporter.

Déjà disponible en Blu-ray et DVD.

Publicités

8 réflexions sur “Mini-revues : Don’t Breathe, Blair Witch et Train to Busan

  1. Don’t Breath : pas kiffé . Le seul truc que j’ai trouvé cool c’est le coup de l’insémination .
    Blair Witch : huuuum … non .

    Je n’ai pas vu le dernier & je vais de ce pas le noter dans ma liste de films à voir , parce que ça a l’air bien cool ( & ce malgré le fait que tous les acteurs soient asiatiques – non je ne suis pas raciste anti asiat , mais j’ai beaucoup de mal à accrocher quand il n’y a que ça dans un film , va savoir pourquoi ) .

  2. Franchement, j’ai vu train to Busan(vostfr)…….de la frappe. Sa faisait longtemps que je n’avais pas vu un bon film de Zombie. A part 2, 3 scènes de bisous bisous, le film vaut VRAIMENT le détour. Il fait parti maintenant de l’un des mes Classiques.

  3. Je suis une flippette absolue, mais je suis quand même allée voir dernier train pour busan (bien placée dans la salle pour pouvoir fuir à tout instant sans déranger le reste du public…), parce que les films coréens que j’ai vu on un dosage assez particulier (d’humour, mais pas que) qui marche extrêmement bien sur moi , ça me permet de reprendre mon souffle avant de replonger, ce qui me rend supportable des choses qui me retourneraient totalement en temps normal. Ils font parti des plus intenses que j’ai pu voir.
    Et ce film rentre aussi dans ce schéma là. J’ai un amour particulier pour les déferlements de masses zombiesques totalement cartoonesques qui m’ont à la foi fait mourrir de rire et d’angoisse 🙂

  4. Tout juste ! Blair Witch est le seul des trois qui m’a paru un peu moins stressant. Mais le film Dernier Train pour Busan au ciné, ca fout une pression terrible jusqu’à la dernière minute, ma tension passa de 12 à 22 avec un sentiment de panique pendant trois semaines a chaque fois que j’entrais dans un train. J’ai beaucoup aimé. Don’t Breathe est plutôt réussi, mais pour avoir un effet bœuf, il faut regarder dans le noir avec un écran large, au pire invitez-vous chez des potes qui en ont un et éclatez-vous ! Je garde un œil sur la sélection 2017 du festival fantastique de Gérardmer, il y devrait avoir une ou deux pépites.

  5. Don’t breathe j’ai vraiment adoré et il m’a bien stressé. Blair witch bah, je me suis endormi donc je ne peux pas dire. Faudrait que je le revois et dernier train pour busan pas encore vu mais qu’est ce que je veux le voir. Absolument. il a l’air démentiel.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s