Eskay 2 : un film français qui a besoin de vous

Eskay 2 est un film de genreS français qui n’a pas encore été réalisé mais qui pourrait bientôt arriver vers chez vous, si vous acceptez d’aider l’équipe en lâchant quelques écus.

BONJOUR LES ENFANTS !

Vous ne savez pas quoi faire avec votre argent de poche ? Et si, au lieu d’acheter le Journal de Mickey et des bonbons, vous gardiez un peu de piécettes pour venir en aide au cinéma de genre français, hm ? Déjà parce que le Journal de Mickey c’est nul, tant qu’à faire, prenez Picsou Mag, et qu’en plus les bonbons ça va vous paralyser le bide parce qu’on est tous devenus trop vieux pour les digérer facilement. Triste réalité.

MAIS C’EST PAS GRAVE.

Robin Dupont, en plus d’avoir un nom pas commun du tout (HARHARHAR ON RIGOLE BIEN ICI HEIN, BRAVO, BELLE MENTALITÉ), va réaliser un film. Ce film s’intitule Eskay 2. De quoi ça raconte ? Oh, c’est assez simple :

« Eskay, un marginal écologiste masqué atteint du syndrôme de Tourette et vivant dans la fôret, est mort. Après avoir traqué sans relâche Matthew Fulci – l’infâme pollueur qui avait jeté un emballage par terre – il s’est livré à son dernier combat pour la sauvegarde de notre écosystème. »

Hmhm. (en vrai, y a plus de détails vers là)

J’resterais bien avec vous pour discuter 5 minutes de la santé mentale de Robin Dupont mais j’ai un Kinder Bueno en cours de fondaison qui menace de tapisser mon bureau, et non mon estomac, je dois remédier à la situation.

Histoire de pas vous laisser comme des chiens non plus parce que c’est vraiment pas mon genre, laissez-moi vous expliquer la situation. Robin Desbois Dupont a besoin de thunes. Réaliser un film, ça coûte de l’argent, encore plus quand on est un petit réalisateur et qu’on se lance dans un projet au potentiel aussi WTF qu’Eskay 2. Du coup, il profite du fait qu’on vive au 21ème siècle, et vous propose, via la plateforme de crowdfuning Ulule, de participer à cette belle aventure.

Évidement, plus vous lâchez de la thune, plus vous aurez d’avantages, mais eh, on est pas tous des mécènes qui s’ennuient, alors 5€ suffisent (si on est pleeiiin, et qu’on se donne tous la maiiin, nous pourrons conquérir le mooonnnnde) (non, c’est faux) (mais au moins vous aurez aidé quelqu’un, au lieu de vous gratter les olives devant votre ordi).

Si vous voulez tout savoir sur ce projet et, éventuellement, y participer, c’est par là. Sachant qu’ils ont besoin d’attendre la modique somme de 8000€ avant le 1er avril 2012, on peut dire que ça pressouille un peu. Ça pourrait être un super prétexte pour entamer une carrière de super-héros sauveur de vies de jeunes talents hein, allez savoir, ça s’tente.

Quant à moi, je m’éclipse, je vais aller rouler des pelles à mon Kinder Bueno, et je vous dis à très bientôt.

Evil Things (2009) – Le film qui était PRESQUE bien

Evil Things est un petit film indépendant réalisé par Dominic Perez dont on a entendu parler pour la première fois en 2009 mais qui n’est sorti en DVD qu’en juillet 2011. Après avoir passé deux ans à ne lire que du bien de ce film, j’ai enfin pu mettre la main dessus… et j’ai PRESQUE aimé ça.

Evil Things, c’est l’histoire de cinq jeunes qui se barrent passer un weekend dans une maison perdue au milieu de nulle part, en pleine forêt enneigée. Tout va bien, jusqu’au moment où ils réalisent… qu’ils ne sont plus seuls. On peut difficilement faire plus simple. L’un d’entre eux, Leo, décide de filmer l’expérience de A à Z, et c’est donc grâce à cette merveilleuse initiative que nous pouvons à notre tour voir ces images. Images qui, entre temps, ont été récupérées par le FBI, parce que Leo et ses potes ont… DISPARU ! Dun-dun-duuuuunnnn.

Lire la suite

Trailer : Hunters

C’est après avoir été légèrement harcelée (mais très gentiment) par le réalisateur du film Hunters que je me suis ENFIN décidée à regarder la bande-annonce et, moi qui ai un gros problème avec l’esthétique des films indé à petits budgets (oui, je suis une connasse), j’ai été assez surprise.

Le trailer n’en dit pas long, mais le petit effet spécial qu’on y voit a suffi à me convaincre qu’il ne s’agissait peut-être pas d’un film ketchup tout nazebrock filmé avec un iPhone par un étudiant en cinéma (première année, premier semestre). Voici donc le trailer en question :

Hunters est donc un slasher réalisé par un grand fan du genre, Judson Scott qui aime les films d’horreur probablement autant que moi (au point de se mettre à faire les cent pas et de grands gestes en bafouillant comme une bécasse dès qu’on a l’occasion d’en parler, frôlant la tachycardie parce que merde, c’est pas souvent qu’on peut se lancer dans un speech sur les films d’horreur, alors on essaye de tout caser en un minimum de temps). Hunters est dédié aux gens comme lui, comme nous, comme vous *là je fais un geste d’amour vers vous sur une petite musique douce et entraînante*.

SAUF QUE. On en revient à la question du film indépendant. Indépendant rimant avec pas-d’argent, va falloir sortir les sousous de vos popoches si vous voulez voir le film. Enfin, je dis « vous », mais c’est pas nécessairement vous mes lecteurs hein, attention, c’est un vous général. Qu’on vienne pas m’accuser d’essayer d’extorquer de l’argent à mon lectorat, surtout si c’est pas pour moi. BREF. Pour soutenir le projet, rendez-vous par ici, et allez faire des bisous à Judson Scott sur Twitter, il est insistant mais bien gentil. Je me fais toujours avoir par la gentillesse et le cinéma d’horreur, la combinaison des deux causera ma perte, les mecs.