Insidious: Chapter 2, la bande-annonce

Le premir trailer d’Insidious: Chapter 2 est enfin sorti ! L’occasion de constater que James Wan a plus d’un tour dans son sac.

insidioushhhh

Enfin, le premier trailer d’Insidious 2 est sorti, on va pouvoir arrêter de trépigner, de taper du pied et de pleurer en tirant sur la robe de maman parce que ça n’arrive pas assez vite. Que nous a concocté James Wan pour ce deuxième chapitre ? À peu près la même chose en fait, mais sans le gamin dans le coma kidnappé par Darth Maul cette fois. Et avec plus de vilains esprits en colère.

Lire la suite

Publicités

Grave Encounters 2 : La peur du vide

Grave Encounters 2, réalisé par John Poliquin sur un scénario des Vicious Brothers, est l’une des pires suites de l’histoire du cinéma d’horreur. Mais bon, j’suis cool, je vous en parle quand même.

Je vais être honnête avec vous. Si je le pouvais, je me contenterais d’un simple haïku pour cette revue. Et ça donnerait quelque chose dans ce goût là :

Grave Encounters 2
Dis-moi pourquoi tant de haine
Envers ton public ?

Voilà. Je pense que ça suffirait à résumer la situation. Mais comme on est pas sur revues-de-films-d’horreur-en-5-7-5.com, va falloir argumenter un peu – et notez bien, chers lecteurs, que j’enfante de cette revue dans la douleur. Alors n’hésitez pas à m’envoyer des fleurs, des gâteaux, de la tartiflette et 1.5 tonnes de boeuf séché pour me récompenser. Allez, c’est parti.

Lire la suite

Paranormal Activity 4 : la bande-annonce

La bande-annonce de Paranormal Activity 4 est arrivée ! La suite de la saga s’annonce originale et pleine de rebondissements inédits (oh eh ça va j’rigole, calmez-vous, c’est toujours pareil).

Après avoir teasé ce trailer de Paranormal Activity 4 comme des chacals au cours de trois teasers (TROIS. pour annoncer une BANDE-ANNONCE. COUCOU 2012), voici enfin la version complète. Alors ouais, ok, c’est la franchise la plus surfaite de toute l’histoire du cinéma, probablement, mais en ce qui me concerne je sais pertinemment que j’irai quand même le voir parce que je suis friande de cheap scares et de sursauts gratos.

Paranormal Activity 4 se déroule à la suite des évènements du 2 (vu que le 3 était une préquelle, n’est-ce pas), après la disparition de Katie et de son neveu. Et cette fois, on se la joue 2.0 avec une ado qui skype avec son mec pour lui montrer qu’il se passe des trucs chelou chez elle et… tindiiiin, il se passe effectivement des trucs chelou. Le gamin des voisins traîne devant chez elle sans que personne 1) ne sache pourquoi 2) n’aille le voir en lui demandant ce qu’il peut bien foutre là 3) ne prévienne ses parents que leur gosse est en train de faire le con dehors au milieu de la nuit – parce que c’est plus drôle de le filmer avec sa webcam en gloussant devant son mec, ON EST D’ACCORD.

Ensuite des portes s’ouvrent et des silhouettes bizarres s’incrustent et bla, bla, bla, la routine, on commence à connaitre, pakontan le fantôme, grr grr grr,  etc.

Alors pour l’instant on sait pas encore trop quelle excuse ils ont trouvé justifier la présence de caméras partout dans la maison, mais j’avoue que je serais curieuse de voir la gamine courir dans toute sa maison pour échapper au fantôme en transportant son ordinateur avec elle et en pleurant en gros plan sur la webcam, Blair Witch style.

Paranormal Activity 4 sortira le 31 octobre en France, soit pile le jour d’Halloween – en espérant que ce ne soit pas le film de genre à profiter de cet évènement essstraordinaire pour sortir dans notre beau pays, comme ça BIM, marathon ciné spécial Halloween. Avec une vraie soirée cool après, pour se remettre du possible fiasco de PA4.

Sinister : la bande-annonce

Découvrez la bande-annonce de Sinister, un film de Scott Derrickson dans lequel Ethan Hawke libère un esprit très vilain pas beau en jouant les curieux dans son nouveau grenier.

Je vais imposer une nouvelle règle pour les bande-annonces : il est désormais interdit de sortir du matos de promo – posters, teasers, trailers, vidéos virales – plus de deux mois avant la sortie d’un film. Parce que c’est bien cool de nous faire baver sur des trucs qui ont l’air super cool mais quand je vois les dates de sortie ça me donne toujours envie de pleurer après. Surtout quand on sait qu’il y aura toujours un décalage entre la sortie US et la sortie FR – quand ça sort en France, hein.

Voilà hop c’était juste pour râler un coup, on passe aux choses sérieuses maintenant.

Voici la bande-annonce de Sinister, un film réalisé par Scott Derrickson (L’Exorcisme d’Emily Rose) dans lequel un écrivain (Ethan Hawke) trouve une boite pleine de films de famille dans le grenier de sa nouvelle maison. Pensant assister à des super scènes trop intéressantes telles que « le barbecue du dimanche » ou « concours de bombes dans la piscine », il s’installe pour mater les bobines, peperlito, sans se douter qu’il est sur le point de foutre toute sa vie en l’air. En effet, les films contiennent de belles scènes de boucherie et s’avèrent être de bons petits snuff movies des familles. Mais ça se complique un peu plus quand on comprend que ce n’est pas l’oeuvre d’un tueur en série humain mais d’une entité surnaturelle un peu bizarre qui porte un nom que je serais incapable de retranscrire à l’écrit alors je vais l’appeler Bigoule parce que ça sonne bien.

Bon et évidemment, il fout toute sa famille dans la merde avec cette super découverte et tout part en vrille et Bigoule se pointe toutes les cinq minutes pour faire une apparition qui fait peur et foutre un bordel pas possible, la base quoi.

Si ça vous rappelle vaguement un truc, c’est pas tout à fait anormal puisque Sinister nous est offert par la même team de producteurs qu’Insidious. À mon avis ils ont bien kiffé le petit succès du premier et ont décidé qu’un deuxième dans le même genre ça ferait de mal à personne – et comme je fais partie de ceux qui ont bien aimé Insidious, je suis plutôt d’accord. Je sais que je suis toujours en train de réclamer des concepts innovants parce que les remakes/reboot/prequels/sequels ça va bien deux minutes mais ça saoule un peu, mais en vrai y a des concepts dont je ne me lasse pas encore.

Donc ouais, je suis plutôt enthousiaste à l’idée de voir Sinister, qui pour le coup a des chances de sortir en France – mais pas avant cet automne, puisqu’il sortira le 5 octobre 2012 aux zétazunis.

7500, le trailer – Des fantômes dans l’avion

7500 est un film de Takashi Shimizu, réalisateur de The Grudge (versions japonaises et américaines) qui change enfin de sujet avec un thriller paranormal qui se déroule à bord d’un avion – un scénario léger et un casting intéressant, affaire à suivre.

7500 est visiblement un film qui se passe à bord d’un avion, et qui va tourner à la catastrophe suite au tapage d’incrsute d’une force surnaturelle. Quoi ? Comment  ? Pourquoi ? J’en sais rien. La bande-annonce suffira-t-elle à nous éclairer ? Non. Pourquoi ? Parce qu’on veut ménager le suspense, je suppose… Mais est-ce que du coup ça donne envie ? Bah c’est bien l’problème…

Enfin, je vous laisse juger.

Mais alors, quel est l’intérêt de ce film, là maintenant tout de suite à ce stade ? Bah le casting. Ouais, je sais, ça fait maigre, mais ça suffit à titiller un peu ma curiosité. Au programme : Ryan Kwanten (Jason Stackhouse dans True Blood, qui multiplie les projets horrifiques depuis quelque temps), Amy Smart (qui se décrochait la mâchoire dans Mirrors d’Alexandre Aja), Scout Taylor-Compton (la Laurie Strode de Rob Zombie), Nicky Whelan (qui a elle aussi fait une apparition dans H2 de Rob Zombie) et Jonathon Schaech, mon amouw, mon chéwi (vu dans le remake de Prom Night, Laid to Rest,  l’excellent Doom Generation ou encore Les Vampires du Désert, un de mes plaisirs coupables). Bref, du beau monde en somme.

Pas de date de sortie française pour le moment, prévu pour le 31 août aux USA, autant dire qu’on a de la marge avant de vraiment s’inquiéter de la qualité du film. Mais quand même, j’avoue que ça m’intrigue.

Insidious (2011)

Insidious, réalisé par James Wan, est sorti en DVD hier mercredi 26 octobre – juste à temps pour Halloween. Je vous conseille de vous jeter dessus avant le 31 octobre, pour en faire profiter vos potes, puisqu’il colle parfaitement à l’ambiance de la saison et risque de faire sursauter un paquet de monde.

Je n’attendais rien d’Insidious, parce que j’ai été trop souvent déçue ces derniers temps. J’ai préféré me dire que ça me ferait sursauter deux ou trois fois, et ignorer les revues sur le ton « OMG C’EST LE FILM LE PLUS FLIPPANT DEPUIS 1982 ! » – on nous avait fait le coup pour Paranormal Activity, et c’était pas passé. Du coup je suis allée le voir avec mon meilleur pote en lui disant vaguement « paraît qu’il fait peur, mais bon… ». On ne se doutait pas encore de la claque qu’on allait se manger en pleine face. Parce que oui, Insidious nous a fait peur. Très très peur.

Après The Tunnel qui, je vous le répète, m’a flanqué une trouille assez géniale, je ne m’attendais pas à flipper à nouveau, et dix fois plus, en un si court laps de temps. J’ai l’habitude d’avoir vraiment peur environ une fois par an, alors bonjour la surprise hein. Insidious est venu ressusciter le genre de la maison hantée et des esprits frappeurs, et pour une fois, c’est réussi. Réalisé par James Wan et écrit par Leigh Whannell, les deux compères australiens qui ont lancé la franchise Saw (qui s’est, comme nous le savons tous, bien vite cassé la gueule) et produit par ceux qui nous ont amené Paranormal Activity, on avait à la fois de quoi se réjouir et de quoi s’inquiéter.

Josh (Patrick Wilson) et Renai (Rose Byrne) (oui oui, Renai, comme quand on parle en gogole en hurlant J’AI TOUT CASSAI) emménagent dans une nouvelle maison avec leurs trois enfants. Après une aventure dans le grenier qui lui vaut une chute et quelques égratignures, leur fils Dalton va se coucher… et ne se réveille pas. Il tombe dans un coma qui reste inexpliqué par les médecins, qui ne savent plus quoi faire. Dalton reste alité chez lui après son séjour à l’hôpital, toujours profondément endormi, et des trucs bien chelou commencent à se produire dans la maison. Renai y passe le plus clair de son temps pour veiller sur leur dernière née et composer de la musique, tandis que Josh est au boulot. C’est donc Renai qui se mange tout dans la gueule quand les choses commencent à partir sévèrement en vrille.

Un Paranormal Activity sous stéroïdes, mixé avec une ambiance Poltergeist, Insidious revient aux « sources » et agit comme une réponse à ceux qui réclament un « vrai » film d’horreur depuis des années, lassés d’être déçus par les grosses productions. L’arrivée de la médium dans le troisième acte du film va certainement diviser les fans, mais ceux qui resteront dedans jusqu’au bout passeront un excellent moment. Il suffira d’y croire jusqu’au bout et de ne rien lâcher pour vraiment apprécier Insidious de bout en bout. Et quand on croit en avoir fini avec les apparitions qui nous arrête le coeur, ça continue – et ça ne s’arrête pas. J’entendais mon meilleur pote murmurer « bon, ça suffit là, j’en ai marre, faut arrêter maintenant » alors qu’il s’enfonçait les ongles dans les paumes pour résister à l’envie de hurler. Je ne dis pas que c’est LE film le plus terrifiant de la décennie, mais y a moyen de bien flipper sa race, tout dépend de votre niveau de résistance.

Insidious fait flipper de jour comme de nuit, avec des apparitions parfois brèves et discrètes qui nous font nous demander si on a complètement halluciné ou pas, et d’autres qui nous arrivent en pleine gueule et qui nous grimpe dessus pour nous secouer pendant cinq minutes. J’ai passé les trois quarts de la séance à laminer le bras de mon pote avec une main plaquée sur ma bouche. Même quand on sait pertinemment quand ça va faire peur, qu’on sent que ça vient et qu’on se dit « bon ça va là, on sait, ça va arriver par derrière et on va tous sursauter, ouaiiis », le film parvient quand même à nous surprendre et à nous faire l’effet qu’on sentait pourtant venir.

En plus, l’un des fantômes/esprits/démon est un peu l’enfant illégitime de Freddy Krueger et de Darth Maul alors bon, c’est que du bonheur. Pas de CGI, pas d’effets spéciaux pourris, pas de gore inutile, Insidious est vraiment un putain de bon film comme on en voit trop rarement ces derniers temps. James Wan et Leigh Whannell devraient être soudés l’un à l’autre pour ne jamais se séparer et nous pondre encore des merveilles comme celle-ci.

Le film est sorti en DVD mercredi 26 octobre, et je vous conseille vraiment de tenter l’expérience. Côté bonus, ça reste malheureusement trop léger : un entretien avec James Wan et Leigh Whannell  et un making of de 24 minutes – c’est pas non plus la dèche ultime, mais on aurait aimé en voir un peu plus.

Dream House, au cinéma aujourd’hui

Dream House, de Jim Sheridan, avec Daniel Craig et Rachel Weisz sort aujourd’hui mercredi 5 octobre au cinéma.

Dream House, à ne pas confondre avec Dream Home, raconte l’histoire de Will Atenton (Daniel Craig), éditeur à succès qui décide de quitter New York pour aller s’installer dans un petit bled de la Nouvelle Angleterre avec sa femme Libby (Rachel Weisz) et ses deux filles. Ils finissent par apprendre qu’un meurtre horrible a eu lieu dans cette maison quelques années plus tôt : un père y aurait tué sa femme et ses deux enfants. SUSPENSE.

Dans le genre « bande-annonce qui te raconte tout le film et qui en plus t’embrouille bien comme il faut au passage », ça se pose. Le film sort donc en salles aujourd’hui, mercredi 5 octobre, et le premier qui ira le voir pourra toujours venir me faire son rapport, parce que cette bande-annonce me laisse plus que perplexe.