In The Flesh – la nouvelle mini-série à suivre absolument

Que se passe-t-il après l’invasion zombies ? Que deviennent les morts-vivants ? Et les vivants ? La Série In The Flesh offre quelques éléments de réponse…

Je prépare toujours mon grand retour, c’est pour très bientôt promis, mais voilà déjà de quoi patienter, un petit extrait d’un article que je viens d’écrire sur une série qui défonce. Pour lire l’article en entier, suivez le lien à la fin de l’extrait ;). 

« In The Flesh est une mini-série toute fraîche diffusée sur la chaîne britannique BBC Three depuis le 17 mars, et elle représente une nouvelle étape dans cette évolution du mythe du mort-vivant. Après la grande invasion zombies de 2009, le gouvernement a finalement trouvé une solution au problème en créant un traitement qui permet de réhabiliter les morts-vivants (qui souffrent de PDS – Partially Deceased Syndrome – c’est plus politiquement correct que « zombie »).

Ce traitement leur permet de renouer avec leur humanité et de retrouver toutes leurs fonctions vitales, tout en gardant un joli teint de cadavre et des yeux tout morts. Des lentilles de contact et un fond de teint spécial ont également été créé pour leur permettre de retrouver figure humaine et de se fondre dans la masse sans trop attirer l’attention.

Mais évidemment, tout le monde n’approuve pas ces techniques et ceux qui se sont battus contre les hordes de morts-vivants pour protéger leur ville et leurs proches apprécient moyennement qu’on donne une deuxième chance à ceux qui ont fait tant de dégâts dans leurs rangs. In The Flesh nous plonge dans le quotidien de Kieren, un jeune mort-vivant en cours de réhabilitation qui s’apprête à rejoindre sa famille dans la petite ville de Roarton où règnent encore des vétérans de l’HVF – la Human Volunteer Force, un groupe qui a combattu les zombies quand le gouvernement les a abandonnés. Sa soeur, Jemima, fait partie du groupe et se retrouve tiraillée entre le retour de son frère bien-aimé et ses camarades de guerre qui sont bien décidés à buter tous les revenants qui se pointeraient dans leur petite ville. »

Lire la suite sur madmoiZelle

Cockneys vs Zombies : c’est comme du Guy Ritchie mais en plus putride

Cockneys vs Zombies est un film de Matthias Hoene que si vous l’avez pas encore vu ben vous puez du bec alors rattrapez-moi ça illico merci bisous.

Y a des jours où j’aimerais me contenter d’une phrase pour résumer un film. Dans le cas de Cockneys vs Zombies, si je m’écoutais, ma revue ressemblerait à : « OHLALA MAIS C’EST TROP BIEN REGARDEZ LE TOUT DE SUITE MAMAN J’EN PLEURE TELLEMENT C’EST COOL JE VEUX ME MARIER AVEC CE FILM ALLEZ SALUT ». Mais à ce moment là j’ai plus qu’à ouvrir un compte Twitter spécial « revues de de films en 140 caractères » et fermer le blog. Donc je vais faire un effort pour vous expliquer pourquoi il faut absolument voir Cockneys vs Zombies et pourquoi il est si cool.

Lire la suite

Cockneys vs Zombies, le trailer

Et hop, voici la première bande-annonce complète de Cockneys vs Zombies, de Matthias Hoene, avec l’extraordinaire roi des cockneys, Alan Ford.

Londres, des zombies et des cockneys, ça c’est du cocktail qui fait frétiller mon petit coeur d’impatience.

Dans Cockneys vs Zombies, deux frères – Andy (Harry Treadaway) et Terry (Rasmus Hardiker) tentent de sauver la maison de retraite dans laquelle leur grand-père (l’extraordinaire Alan Ford) réside en braquant une banque. Au même moment, un virus ravage l’est londonien et transforme tous les habitants en zombies bouffeurs de chair humaine. Le challenge se corse alors, puisqu’il faut sauver tous les petits vieux de la maison de retraite, sans perdre le butin du braquage et sans se faire bouffer – pour sortir de Londres indemne.

 

Le film n’a pour l’instant pas de date de sortie française, mais coup de bol pour les parisiens, il fait partie de la programmation de l’Étrange Festival de cette année (dont je vous filerai les détails très très vite), donc faites-moi confiance et réservez vous une petite nuit tranquille entre le 6 et le 16 septembre si vous voulez voir Alan Ford buter du zombie.

Et s’il y en a parmi vous qui ont la chance de vivre à Londres ou d’y passer à ce moment là, sachez qu’il sortira le 31 août en Angleterre.

Attack The Block est sorti en DVD ! – Revue

Attack The Block est un film de Joe Cornish, dans lequel une bande de jeunes lascars doivent sauver leur cité d’une invasion d’extra-terrestres pelucheux, et qui sort en DVD aujourd’hui mardi 21 février. ET. ÇA. POUTRE. SA. MAMAN.

Je vous demande par avance de me pardonner pour mon enthousiasme excessif et totalement dénué d’objectivité en ce qui concerne Attack the Block. Si vous n’avez pas aimé ce film, ou juste un peu, je ne vous recommanderai pas de lire cette revue – parce que moi, pour le coup, j’ai tellement aimé que j’en ai pleuré. J’aimerais bien dire que j’exagère, mais même pas. Bon, on pourrait disserter longtemps sur ma santé mentale mais c’est pas le souci. Attack the Block est probablement mon film préféré de 2011, j’ai sautillé comme une débile pendant tout le film en tapant très vite dans mes mains et en criant en capslock sur mon meilleur ami pour lui faire part de ma joie. Voilà. Maintenant que vous savez ça, on peut continuer.

Lire la suite

Demons Never Die, la bande-annonce

Je vous l’ai déjà dit, je voue un amour inconditionnel au cinéma d’horreur britannique. Du coup, en entendant parler de Demons Never Die, et en apprenant qu’il était produit par Idris Elba (qu’on peut voir actuellement dans la série Luther), j’ai sautillé un peu dans ma tête (je suis au bureau, j’essaye de me contenir) (ok, c’est faux).

EN PLUS, on y retrouvera Robert Sheehan, qu’on a découvert dans le rôle de Nathan dans la série Misfits. Et EN PLUS… c’est un film d’horreur anglais. Label de qualitay.

Un jeune qui se suicide, des camarades qui font un pacte pour le suivre… et un tueur qui vient foutre sa merde. Parfois, pas besoin d’aller chercher trop loin, un bon scénario n’a pas besoin de 25 000 détours. Enfin, pas toujours.

C’est le premier film d’Arjun Rose, et il sortira le 28 octobre en Angleterre – pas encore de date française, mais je croise les doigts.