Hommage à Freddy Krueger part. 1 : Ses Plus Beaux Cauchemars

Ça y est, le grand jour est arrivé. C’est cette semaine que sort le remake tant redouté des Griffes de la Nuit. Les premières critiques font déjà froid dans le dos, mais je pense que ça ne surprendra personne, comme quoi il arrive parfois que mon pessimisme soit justifié. Alors aujourd’hui c’est en messager des dieux que je viens, pour atténuer la souffrance de ceux qui se seront jetés dans les salles dans un élan d’espoir et qui auront vécu cette grande désillusion (le premier qui me reproche d’en faire trop je le foudroie, j’ai besoin d’extérioriser). Il est temps, chers fidèles, de nous pencher sur ce qui a fait de Freddy Krueger l’un des meilleurs boogeymen de l’histoire du cinéma d’horreur et de nous recueillir sur la tombe fictive creusée par la réalisation de ce remake.

Are You Ready For Freddy ?

Lire la suite

Publicités

Revue: The Reeds (After Dark Horrorfest)

« The Reeds »

Réalisé par Nick Cohen

Écrire cette toute dernière revue pour l’édition 2010 de l’After Dark Horrorfest va s’avérer plus compliqué que ce que j’avais espéré. Je vais tenter de faire de mon mieux mais je ne vous promet rien, étant donné que je me sens incapable de pouvoir décrire de ce que je viens de voir. The Reeds est à l’opposé de ce à quoi on peut s’attendre en lisant le synopsis, et bien que ça puisse être une très bonne chose dans certains cas, j’ai du mal à l’accepter ici.
Lire la suite

Revue: Lake Mungo (After Dark Horrorfest)

« Lake Mungo »

Réalisé par Joel Anderson

Lake Mungo est la raison principale pour laquelle je vais commencer à me renseigner de manière beaucoup plus précise sur les films que je m’apprête à regarder. Terminés les petits suspenses, les effets de surprise, j’en veux plus. Plus jamais. De toute ma vie. Bon ok j’en fais peut-être un peu trop mais là il est 3 heures du matin et je suis en train de regarder Bob l’éponge pour tenter de penser à autre chose. Tout en écrivant cette revue qui est sur le point de me faire revivre le calvaire que je viens d’endurer (jesuisunedramaqueen.com) (Patrick l’étoile de mer a une crampe au cul).
Lire la suite

Revue: Hidden (Skjult) (After Dark Horrorfest)

« Hidden »

Réalisé par Pål Øie


Ah bah voilà, enfin un film avec de la matière ! Ca faisait un bail qu’un film ne m’avait pas gentiment retourné le cerveau pour ensuite me laisser en plan avec un million de questions qui resteront sans réponses. Un procédé qui ne plait pas à tout le monde, on est d’accord, parfois on aime bien sortir d’un film sans avoir à réfléchir pendant quinze ans pour essayer de comprendre ce qui s’est passé. Moi, tant que c’est bien amené, ça me gêne pas des masses.
Lire la suite

Revue: Kill Theory (After Dark Horrorfest)

« Kill Theory »

Réalisé par Chris Moore

Retour chez les ados en rut avec un pseudo slasher flick qui surfe sur la vague des psychopathes qui laissent les gens se tuer entre eux (Jigsaw & Co bonjour !). Pas encore de grande nouveauté donc, mais y a des jours où je m’en fous, et au cinquième film de l’ADH en 24 heures, je m’en bats gentiment les couilles. Je n’avais pas d’attentes particulières, à vrai dire j’en avais pas du tout, c’est peut-être pour ça que ça m’a pas tant déplu que ça. De là à dire que j’ai kiffé ma race, faudrait pas trop s’emballer non plus, mais je me suis pas complètement emmerdée, c’est déjà une bonne chose.
Lire la suite

Revue: Zombies of Mass Destruction (After Dark Horrorfest)

« Zombies of Mass Destruction »

Réalisé par Kevin Hamedani

Ah, les films de zombies. Ah, les films de zombies indie. Ah, les films de zombies indie à petit budget à revendications politiques… Ouaip, toujours un terrain glissant. Mais dans la festival de navets qu’est l’After Dark Horrorfest, on peut s’estimer heureux quand on tombe sur un film tel que Zombies of Mass Destruction. Un mélange de comédie, de satire et de survival, sur lequel on verse un petit décalitre de sang-soupe-à-la-tomate et de salive-malabar (oui oui) qui fait passer du rire à l’ennui, c’est comme des montagnes russes qui vont pas très vite, qui grincent, mais qui offrent quelques frissons dans les descente (mes métaphores sont toujours aussi mortelles, je vous rassure).
Lire la suite

Revue: The Final (After Dark Horrorfest)

« The Final »

Réalisé par Joey Stewart

Rendre hommage aux films d’horreur dans un film d’horreur, c’est bien. Faire n’importe quoi avec des références à deux francs cinquante, des dialogues à pleurer de rire et une histoire pas trop mal, gâchée par une réalisation pourrave, c’est moins bien. The Final est une blague énorme, mais pas drôle du tout, ce qui fait qu’à l’arrivée du générique je me suis demandée si le réalisateur s’était pas un peu foutu de ma gueule au passage.

Lire la suite

Revue: The Graves (After Dark Horrorfest)

« The Graves »

Réalisé par Brian Pulido

Ah, encore un film que j’aurais tellement, mais tellement aimé aimer. D’abord pour le casting, mon cœur a fait un bond quand j’ai vu que Bill Moseley ET Tony Todd en faisaient tous les deux partie, ainsi que D. Randall Blythe, chanteur de Lamb of God. Bah putain si j’avais su, j’aurais pas venu comme dirait l’autre… mais eh, je me suis juré de faire un dossier After Dark Horrorfest complet, il est donc de mon devoir de me taper les 8 films de A à Z, rien que pour pouvoir vous dire à quel point certains sont pourris (et comme pour chaque édition de l’ADH, je vous préviens tout de suite, il s’agit de la majorité).

Lire la suite

Revue: Dread (After Dark Horrorfest)

« Dread »

Réalisé par Anthony DiBlasi

D’après une histoire de Clive Barker

L’étude de la peur, quand on est fan de films d’horreur, est un sujet qui titille et excite un peu tous nos sens. Découvrir le pourquoi du comment, quelle est la plus grand peur de notre voisin, comment ça marche et jusqu’où ça peut aller, imaginer tout un tas d’expériences… bref, c’est un sujet qui en inspire plus d’un. Mais quand Clive Barker pose sa patte sur ce territoire, il faut forcément s’attendre à quelque chose de puissant. Et Dread n’échappe pas à la règle.
Lire la suite

Films d’horreur Saint Valentin

Dès mon plus jeune âge j’ai compris que pour chaque occasion, il y avait un film d’horreur. Je n’ai jamais manqué de fêter dignement Noël, Halloween, l’arrivée des vacances d’été, les anniversaires ou même le 1er Avril avec la pile de cassettes vidéos qui allait avec. Et bien évidemment, la Saint Valentin ne déroge pas à la règle. Voici ma petite sélection de films à se passer à la chaîne en cas de Saint Valentin en solo (entraînant haine du monde, de l’amour, du chant des oiseaux etc) ou si vous vient cette année l’envie de changer un peu des roses, du champagne et des jeux sexuels élaborés (peu probable certes, mais on ne sait jamais hein).

Lire la suite