Si L’Exorciste était une sitcom des 80’s

Et si L’Exorciste avait été une sitcom des années 80 ? J’suis pas bien sûre que ça aurait super bien marché…

Halloween approche, ce qui veut dire que :

  1. Ouéééééé, cooool, c’est bientôôôôôôt ! J’espère que vous avez bien préparé votre soirée DVD (sinon j’ai deux trois idées pour vous , ici, ou encore par là – c’est vous qui voyez)
  2. Le mois d’octobre – et donc d’Halloween – touche à sa fin, on ne verra plus de références au cinéma d’horreur à tous les coins des internets, on sera obligés de retourner dans nos cavernes froides et humides en attendant l’année prochaine. Tristesse.

Bref, profitons-en encore tant qu’on le peut.

Voici une petite vidéo qui transforme L’Exorciste en sitcom à rires enregistrés des 80’s. Alors forcément, au début, c’est drôle, et puis après on est confrontés aux images pas très marrantes du film, mais y a des gens qui rigolent derrière alors on comprend plus rien et ça en devient limite plus angoissant.

Mais c’est p’tet juste moi.

Publicités

Carrie : les premières images du tournage du remake

Une vidéo nous plongeant dans les coulisses du tournage du remake de Carrie vient de faire son apparition. L’occasion de faire connaissance avec la nouvelle version, incarnée par Chloë Moretz.

20h00 – EDIT : Ben merde alors, la vidéo a été supprimée de tous les internets, on a bien l’air con maintenant hein.

14h30 : Eh, c’est pas trop cool d’être en 2012, sérieusement ? Souvenez-vous un peu de ce que c’était d’attendre la sortie d’un film il y a 10 piges. Pas de teaser, pas de campagne de pub, pas de vidéos virales, pas d’images des coulisses, rien. Bon alors le gros avantage c’est que du coup y avait vachement moins d’attente, on apprenait la sortie d’un film dans le journal ou à la télé quelques semaines avant et on était déjà bien contents. Maintenant on se farcit des bandes-annonces pour des films qui sortiront dans un an, donc okay, je peux voir en quoi ça peut être moins cool.

Vous avez vu ça un peu ? J’ai balancé une opinion que je suis venue moi-même laminer juste derrière, quel coup de maître.

Bref. Comme vous le savez sûrement, un remake de Carrie (le chef-d’oeuvre de Brian De Palma, adapté d’un roman de Stephen King) est actuellement en cours de réalisation. C’est à Chloë Moretz de reprendre le rôle de la jeune adolescente martyrisée par la vie (oui, la VIE) et de marcher dans les traces de Sissy Spacek – et ça a provoqué quelques ulcères chez pas mal de monde. En effet, on peut globalement tous se mettre d’accord sur le fait que Moretz soit une actrice extrêmement douée à l’avenir prometteur, mais forcément, quand on touche à un film comme Carrie pour faire eeeencore un remake totalement injustifié, ça pique un peu. Mais finalement, pourquoi pas. Surtout que ce remake est réalisé par Kimberly Peirce, qui nous a offert l’excellent Boys Don’t Cry en 1999 (alloooo traumatisme de mon enfance).

Et si vous voulez jeter un oeil à un tout petit aperçu de ce qui nous attend, voici quelques images du tournage qui nous permettent de nous faire une idée de ce à quoi ressemblera la nouvelle Carrie. C’est pas grand chose, mais c’est un bon début.

En plus de Chloë Moretz, on y retrouvera Julianne Moore dans le rôle de sa mère, Alex Russell (Chronicle), Gabriella Wilde (Les Trois Mousquetaires), et Judy Greer (Jawbreaker, Arrested Development). Le film sortira en mars 2013 aux États-Unis donc euh… bah retenez pas trop votre souffle quoi.

Children in Horror : les enfants les plus flippants du cinéma d’horreur

Les enfants dans les films d’horreur, c’est bien connu, ça fout la trouille. Voici donc un montage des pires enfants de toute l’histoire du cinéma de genre pour vous traumatiser un petit coup.

Bon, en 2012 c’est plus un secret pour personne : un des trucs les plus flippants dans le monde du cinéma d’horreur, ce sont les ENFANTS. Pour une vraie analyse en profondeur sur le pourquoi du comment, je vous invite à aller lire « Les films d’horreur ont-ils tué l’enfance ? » d’Elise Costa.

Qu’ils soient possédés, morts ou tout bonnement dérangés, les enfants sont extrêmement efficaces niveau traumatisme. Du coup, une bonne âme du nom de Peter Schneider a décidé de faire un super montage avec 39 des pires enfants maléfiques du cinéma d’horreur. De L’Exorciste à L’Orphelinat en passant par The Omen ou encore Pet Sematary, y a de quoi 1) vous donner envie de (re)voir quelques classiques et 2) vous rouler en boule sous une table en pleurant de peur.

Pour la liste complète des films, rendez-vous là.

Dans les coulisses du remake de Maniac

Maniac, le classique de 1980 réalisé par William Lustig, va lui aussi avoir droit à son remake, actuellement en cours de production. Voici une petite vidéo des coulisses du tournage pour les plus impatients.

Tiens, c’est vrai ça, je vous ai pas encore parlé du remake de Maniac. Laissez-moi rattraper ma connerie tout de suite.

À l’origine, Maniac est un film de William Lustig (également réalisateur de la trilogie Maniac Cop) sorti en 1980. Il raconte l’histoire d’un homme un peu dérangé qui, pour venger son enfance de merde, se met à tuer des femmes à New York. Petite particularité : en guise de trophées, il emporte avec lui les scalps de ses victimes. Probablement pour se les foutre sur la tête et danser nu chez lui sur Goodbye Horses de Q Lazzarus (ah non, mince, déjà fait).

Et au cas où vous ne le sauriez pas encore, un remake, écrit par la team Alexandre Aja & Gregory Levasseur (entre autres) et réalisépar Franck Khalfoun est actuellement en train d’être filmé. Avec Elijah Wood dans le rôle du tueur. Et William Lustig parmi les producteurs. Et si ça vous intrigue, coup de bol, voici une petite vidéo rien que pour vous sur les coulisses du tournage. Sachant que le film sortira en 2013, c’est tout ce que vous aurez à vous mettre sous la dent avant un bout de temps.

 

Et voici quelques images pour accompagner le tout.

Pour ne rien vous cacher, je dois admettre que la perspective de (re)voir Elijah Wood dans le rôle d’un psychopathe me titille un peu les hormones. (souvenez-vous, Sin City…).

L’ABC des Monstres – (VIDÉO)

Envie de tester vos connaissances en matière de monstres mythiques du cinéma ? Voici un petit quiz en vidéo qui devrait vous ravir…

Parmi mes 19 003 397 passions dans la vie, il y a celle des quiz en tout genre. Encore plus quand c’est en vidéo. Encore plus quand ça parle de monstres mythique du cinéma de genre.

Voici donc ABC Monsters, une petite vidéo bien foutue signée La Pompadour (cocorico un peu, ça fait pas d’mal), dans laquelle défile un abécédaire illustré dédié aux plus grands montres du cinéma (enfin, 26 d’entre eux quoi). C’est le moment de tester un peu vos connaissances, parce que c’est bien mignon de faire les marioles dans les commentaires mais y a un moment où faut passer aux choses sérieuses, hein.

Alors, quel est votre score ?

Destination Finale 5 : dans les coulisses de la scène d’ouverture

Destination Finale 5 est sorti en DVD le 25 janvier 2012 en France, et en décembre 2011, un extrait des bonus montrant les coulisses de la scène d’ouverture du film a été uploadé. Et moi, je suis passée à côté. Mais peut-être que vous aussi, alors voilà, cadeau.

Vous êtes-vous déjà demandé comment on tournait une scène aussi catastrophique que celles qui ouvrent les films de la saga Destination Finale ? Une grosse tragédie, plein de gens qui meurent salement, tout qui part en sucette… ça demande beaucoup d’effets spéciaux, et donc d’écrans verts. Mais pour les acteurs, ça donne quoi ?

Cette petite vidéo va peut-être en éclairer certains. On y voit donc la scène de l’effondrement du pont dans Destination Finale 5 dans son intégralité – d’abord la vision de Sam (Nicholas D’Agosto), puis sa réalisation – avec la version du film et la version « coulisses », et donc tous les écrans verts, les matelas et les câbles divers. Et franchement, c’est là qu’on se dit que ça doit pas être évident de jouer dans ce genre de film, rapport au fait que tu fais que fixer des écrans verts avec un air vachement paniqué parce que t’es censé voir tout un pont qui s’écroule mais en fait, non, t’es juste suspendu au-dessus d’un matelas, les yeux fixés sur un panneau.

J’en profite pour vous dire que si vous n’avez pas encore vu Destination Finale 5, il est encore temps. Croyez-moi quand je vous dis qu’il est beaucoup, beaucoup mieux que le 4 qui devrait être enterré dans une forêt maudite pour ne jamais être déterré. Nan, Destination Finale 5 est vachement plus chouette, et il apporte un petit quelque chose en plus qui vous laissera un joli sourire bien con sur la face, vous verrez.

Je sais, j’aurais dû en faire une revue, mais je pue des pieds, ça vous allez finir par le savoir, donc m’en voulez pas et allez choper le DVD, un saladier de popcorn et quelques potes, et on en reparle plus tard.

The Thing vu par Pingu

Pingu’s THE THING est un petit court-métrage en claymation qui reprend l’histoire de The Thing de John Carpenter à la sauce Pingu. C’est bon, c’est fin, ça s’mange sans faim.

C’est pas souvent que je vous cale une petite vidéo sur le blog, et je sais que je devrais le faire plus souvent – mais y a tellement de choses que je devrais faire plus souvent ici hein, comme vous l’savez. Bref. Si, comme moi, vous avez grandi dans les années 90, il y a des chances pour que vous connaissiez Pingu. Un petit pingouin en claymation qui vit sur la banquise avec sa famille et qui ne s’exprime qu’avec des bruits chelou qui font un peu flipper des fois. Je suivais ses aventures tous les matins avant d’aller à l’école, et même ma mère était fan.

Maintenant je suis grande, et Pingu aussi. Il en a marre de vivre des aventures du genre « Pingu a peur du noir », « Pingu s’habille tout seul », « Pingu mange ses légumes » alors il prend les choses en mains et devient… Kurt Russell dans The Thing. Bim. Et ça claque du slip.

Et si l’horreur en claymation vous fait kiffer, n’oubliez pas d’aller (re)voir Chainsaw Maid et d’explorer toutes les vidéos de la chaîne YouTube Leehardcastle, parce que ça envoie du pâté.