Instinct de Survie (The Shallows) (2016) : Blake Lively contre un requin revanchard

shallows-ban

Je sais, je vous l’ai déjà dit, mais comme c’est important pour la suite je me dois d’insister à nouveau sur ce point : j’adore les films de requins. Ils font partie de ceux pour lesquels je suis tout particulièrement indulgente pour peu qu’ils soient un peu innovants et pas trop mal foutus, ça me fait frissonner de trouille et de plaisir, bref, j’en raffole totalement.

Du coup, dès la sortie de la première bande-annonce d’Instinct de Survie (The Shallows en V.O.), j’ai fait des petits tours sur moi-même comme un chiot fou tellement j’avais hâte de le découvrir au cinéma. Coup de bol, j’ai été invitée à la projection presse qui se tenait à l’Aquarium de Paris, et j’ai donc pu vivre mon petit kiff dans une ambiance top moumoute, pas loin de vrais requins et d’autres créatures marines majestueuses.

Dans Instinct de Survie, on retrouve Blake Lively dans le rôle d’une jeune surfeuse qui se rend sur une plage totalement isolée pour rendre hommage à sa mère décédée en se tapant quelques belles vagues sur sa planche de surf. Mais cette escapade paradisiaque se transforme bien vite en cauchemar lorsqu’elle se fait attaquer par un gros requin affamé avec de sérieux problèmes de tension et de rancoeur.

Tout d’abord, puisque le film est réalisé par Jaume Collet-Serra qui est loin d’être la dernières des chèvres en matière de réal, on se retrouve face à de très belles images qui aident grandement à se plonger dans l’ambiance et à vivre le calvaire de Blake Lively à ses côtés, avec pas mal d’intensité. D’ailleurs, cette dernière prouve une fois de plus que ses années Gossip Girl sont derrière elle et livre une performance au top, très juste, qui enfonce encore un peu le clou dans le cercueil de ses détracteurs en prouvant que, oui, il s’agit bien d’une bonne actrice. Pas simple pourtant de porter le film à elle toute seule, mais elle y arrive sans trop de mal – quand elle souffre, on souffre avec elle.

D’ailleurs, c’est sur la question de la souffrance qu’on trouve encore une autre qualité à ce film : Blake Lively s’en prend absolument plein la tronche, se croûte partout, tout le temps, et en chie très sévèrement tout au long du film – ce qui ajoute au réalisme (pourtant pas gagné) de cette épopée. Il faut dire que quand on passe des heures perchée sur un vieux rocher au milieu de la mer à se faire traquer par un requin, il y a peu de chance qu’on en ressorte sans la moindre égratignure – et là-dessus, le film nous offre plein de petits moments réalistes qui nous feraient presque oublier qu’il s’agit d’une oeuvre de fiction.

Mais au cas où on aurait tendance à l’oublier, il n’y a qu’à jeter un oeil au comportement du requin : colérique, violent, revanchard, il n’a strictement rien des vrais requins qui morflent salement à cause de nous. Il s’agit ici d’un animal qui semble en vouloir personnellement à Blake Lively et qui n’a pas l’intention de lâcher l’affaire tant qu’il ne l’aura pas changée en sashimi. J’en profite donc pour rappeler qu’il est important de bien faire la différence entre la fiction et la réalité, parce que c’est en partie à cause d’histoires comme ça qu’on diabolise cet animal et qu’on ne s’attendrit pas sur son sort, pourtant bien triste. Le requin est un animal extraordinaire, nécessaire au bon développement de l’environnement marin, et il mérite tout notre amour et notre protection (en ce qui me concerne ça se fera de très très loin, mais vous saisissez l’idée).

lead_960

D’ailleurs, le film a mis quelques spécialistes en colère – ce qui n’a rien d’étonnant, car depuis Les Dents de la Mer, des tonnes et des tonnes de films capitalisent sur cette peur pour nous offrir des requins dotés d’émotions humaines, friands de chair humaine et terriblement sadiques, poussant ainsi chaque génération à renouveler cette trouille dont les conséquences sont souvent désastreuses sur l’espèce.

Voilà, ça c’était pour la parenthèse écolo, parce que je pense que c’est important aussi de bien prendre conscience de ce souci, mais pour en revenir à mon impression sur le film, on peut la résumer à une phrase : j’ai passé une bonne vingtaine de minutes à en discuter à la sortie du film en listant tout ce qui m’avait plu, en insistant sur certaines scènes et certains plans, parce que j’y ai trouvé vraiment beaucoup de choses à sauver. Collet-Serra nous sert encore une conclusion aux violons, comme il le fait souvent, mais ça ne gâche strictement rien à la qualité du film qui reste très divertissant, bien foutu, et encore une fois, bien mené.

Instinct de Survie est donc sorti aujourd’hui, mercredi 17 août, dans les salles françaises, et je ne peux que vous pousser à aller y jeter un oeil, parce qu’il a quelque chose de vraiment rafraîchissant qui fait du bien – et qu’au pire, ça vous fera au moins un bon petit divertissement.

Publicités

7 réflexions sur “Instinct de Survie (The Shallows) (2016) : Blake Lively contre un requin revanchard

  1. merci pour la recommandation
    je suis allé le voir hier et j’ai passé un très bon moment… blake lively est assez bluffante et l oscar du meilleur second rôle devrait être donné a steven seagull

  2. Je suis allé le voir le film il y a quelques jour et je dois dire que j’ai été un peu déçu. Bon le fait est que je n’ai pas vraiment les films de requins à la base donc forcément ça aide pas, mais c’est vrai que voir un requin aussi obstiné à manger un humain en lui tournant autour pendant des heures et des heures alors qu’il devrait autre chose à foutre, ça m’énerve un peu. Ça et aussi l’incrustation du visage de Blake Lively sur une vraie surfeuse vraiment (très très) ratée, mais une fois ça passé, j’ai apprécié son jeu d’actrice (film à voir en VO, comme tous les films d’ailleurs).
    Je dirais que c’est un assez bon film de divertissement mais sans plus, j’ai été content de le voir mais pas la peine d’aller le voir au cinéma. Ma note 2,5/5.

  3. Salut,
    mais pourquoi est-il aussi méchant ? Une chose est sûre, il a les crocs. J’ai passé un bon moment, le piti’ poisson rode mais on sait jamais où et quand il va se pointer… Non seulement il est vénère mais en plus il a le sens du suspens🙂 J’ai aussi bien aimé le côté ‘je m’en prend plein la gueule’ de l’actrice… Et quand elle se fracasse pas, elle s’en rajoute une couche toute seule… spécial dédicace points de suture à la Rambo🙂 Bref, un bon divertissement et de belles images !

  4. Un vraiment bon film bien foutu, avec de belles images, une action bien menée et une actrice au top ouaip. Perfectible et happy end oblige, mais très bon. Il y a une possible explication du comportement du machin avec déplacement des zones de chasse des requins (je crois que c’est dit à un moment ? Sais plus, ça date un peu) et le cadavre de baleine qui peut éventuellement attirer. Mais j’apprécie BEAUCOUP la parenthèse écolo du coup, puisque finalement ce n’est pas si fréquent que ce bon vieux poisson soit dédiabolisé. En plus, comme le loup chassé un peu partout (ou tout prédateur par extension) ils sont chassés/péchés pour le sport, pour la bouffe (pas pour le loup, enfin je crois pas que des gens en mangent o__o) ET par peur irrationnelle =/. C’est génial de le voir écrit =).

  5. Coucou,
    Je suis un grand amateur de films d’horreur. Toutefois je dois avouer que je ne suis pas trop fan de ce long-métrage. Je trouve que le requin est un peu trop gros et irréel.

  6. je n’y croyais pas trop à ce film, et ton article m’a décidé. finalement, ça m’a beaucoup plu. j’ai trouvé la photographie magnifique. et cette Blake Lively, franchement, elle est épatante. merci du conseil.

  7. J’ai aimé ce film. Il y a un bon suspense qui est maintenu jusqu’au bout. Je le recommande vivement à tous les amateurs de films d’horreur. Blake Lively est incroyable dans la peau de cette surfeuse.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s