The Conjuring (2013) : James Wan remet le couvert

Vous êtes en manque de vrais sursauts et d’histoires de maisons hantées réussies ? Courez donc voir The Conjuring de James Wan, parce que c’est vraiment cool.

piedspourraves

[Insérez ici le discours habituel d’excuses pour l’absences de critiques régulières depuis quelque temps sans oublier une justification exagérée et insistante sur l’air de « j’ai trop de travail pardon je vous aime je reviens bientôt je vous le jure cette fois « ]

Voilà, maintenant qu’on s’est débarrassés du plus chiant, passons à la suite.

The Conjuring était probablement le film que j’attendais le plus cette année. J’avais placé tous mes espoirs sur les épaules frêles et délicates de James Wan et même si le fait qu’il nous ponde à nouveau un film de maison hantée avec Patrick Wilson dans le rôle principal me dérangeait un peu, j’avais confiance en lui et en ses capacités. Après tout, Insidious est l’un des films qui m’a le plus mis la pression depuis dix piges, et dont je m’acharne à vanter les mérites depuis sa sortie, sans me fatiguer. Alors, ai-je eu raison de parier sur James Wan et ses fantômes ? A-t-il réussi à nous ressortir le même thème en innovant et en nous traumatisant encore plus qu’avec Insidious ? Je ne peux pas répondre à votre place, mais en ce qui me concerne, la réponse est simple.

Lire la suite

Publicités

Bates Motel, la série sur la jeunesse de Norman Bates

Bates Motel nous plonge dans l’adolescence de Norman Bates, le tueur de Psychose, transposée au 21ème siècle… Bilan du pilote.

Après In The Flesh qui m’a vraiment beaucoup beaucoup plu, voici mes impression sur le pilote de Bates Motel, la série qui nous plonge dans la jeunesse de Norman Bates – rendu célèbre par le Psychose d’Hitchcock, sorti en 1960.  

« Le pilote s’ouvre sur le déménagement de Norman et sa mère Norma, qui partent s’installer dans une petite ville après la mort du père de Norman. Une mort qui ne semble d’ailleurs pas avoir beaucoup affecté Norma : première petite alerte. On apprend alors que Norma a racheté le motel de la ville et le manoir qui va avec et qu’elle compte bien le rénover et le tenir ensuite en compagnie de son fils.

Très vite, le personnage de Norma passe de « jeune mère un peu paumée mais pleine de bonne volonté » à « manipulatrice autoritaire qui prend plaisir à faire culpabiliser son fils ». Norman n’a pas vraiment son mot à dire, quel que soit le sujet. Sa mère se contente de répondre et de décider pour lui – et lorsqu’il ose émettre un avis contraire, sous-entendre que peut-être, il aimerait faire autre chose, elle joue la carte de la pauvre mère mal aimée. Quand il lui demande de signer une autorisation pour qu’il puisse pratiquer une activité sportive, elle lui rappelle qu’elle a passé toute la journée à préparer un super repas, qu’elle se tue à la tâche pour lui et qu’elle a besoin de lui. Lorsqu’il répond que « Bon, ok, c’est pas grave laisse tomber je ferai pas de sport, pardon », elle s’empresse de signer le papier en disant « Si, mais si enfin, vas-y, je m’en fiche, tiens, je vais faire des courses, mange ».

Ce premier épisode de Bates Motel est un ovni – ce qui pourrait être une bonne chose, mais ce n’est pas encore gagné. Il est trompeur, surprenant, glauque, malsain, gênant, touchant mais il sonne toujours un peu trop faux. En milieu d’épisode, l’histoire prend un tournant radical qui retourne les tripes et qui replace le spectateur dans une autre dimension. De « petit drame étouffant mais qui prend son temps » on se retrouve face à une déferlante de violence, physique et psychologique. Ce tournant arrive réellement sans crier gare, sans nous mettre en garde, rien ne nous prépare à cette fameuse scène qui change complètement la donne et propulse Norma et Norman dans une nouvelle réalité. »

Lire la suite sur madmoiZelle

Bates Motel : deux teasers pour la série

Voici deux petits teasers pour la série Bates Motel, basée sur la jeunesse de Norman Bates, sa relation avec sa mère et les mystères qui entourent le voisinage.

Bon. Même si je ne suis pas super à fond sur le concept « reprenons l’histoire de Psychose depuis le début en basant toute une série sur l’adolescence de Norman Bates et en inventant plein de trucs autour de lui, sa mère, le motel et le voisinage », je suis quand même un peu intriguée. Je ne suis pas sûre que Freddie Highmore puisse réellement rivaliser avec Anthony Perkins en matière de charisme, mais je vais essayer de rester objective et ouverte d’esprit en attendant d’en voir plus.

La série Bates Motel devrait débarquer au printemps prochain et explorera la relation entre Norman et sa mère (incarnée par Vera Farmiga) en profondeur, histoire d’expliquer un peu comment il est devenu le psychopathe qu’on connait. J’insiste : est-ce vraaaaaiment nécessaire, hmm ?

C’est super chaud de rester objective en fait. Rendez-vous en 2013 pour le verdict.

Allez hop, teaser numéro un :

 

Et teaser numéro deux :