Hush (2016) – Loup, y es-tu ? Que fais-tu ? M’entends-tu ?

HUSH-01

Quand j’ai vu la bande-annonce de Hush, j’ai pensé deux choses :

  1. Ça vient de Mike Flanagan, le mec qui a réalisé Occulus, film que j’ai détesté, donc c’est mal barré,
  2. Le concept a l’air cool mais je l’imagine très mal tenir la route sur un format long, ça ressemble plus à un pitch de court-métrage.

Il n’empêche que j’étais quand même intriguée et que lorsqu’est venue l’heure de me le procurer, c’est avec joie que je me suis posée devant, concentrée, sans téléphone ni iPad dans les mains (ce qui est rarissime dans mon cas). Quel est donc ce concept qui a su capter mon attention de colibri ? Simple mais efficace : une écrivaine vit seule dans une jolie maison au fond des bois et se fait harceler par un tueur masqué. Ah, et… elle est sourde et muette.

Deux personnages, une gentille, un méchant, un handicap qui corse le bordel et boumbadaboum vous avez la recette du parfait petit slasher-huis-clos qui innove sans partir à des kilomètres de nos terrains familiers pour autant. Petit hic : Kate Siegel, qui joue Maddie, l’héroïne, n’est pas sourde ni muette dans la vraie vie, et ça prouve bien qu’il y a encore du taff à faire côté représentation parce que méga scoop : les actrices sourdes, ça existe. Et elles aimeraient bien avoir du boulot, je pense. (Il se trouve qu’en plus de tout ça, Kate Siegel est la co-scénariste du film mais également la femme de Mike Flanagan, c’est leur petit projet de couple, donc ça explique leur désir de rester en famille pour le film, mais bon eh hein oh, merde).

En dehors de ce petit détail qui a réveillé l’éternelle indignée que je suis devenue, j’ai été très agréablement surprise par Hush que je n’imaginais vraiment, mais alors vraiment pas tenir la route pendant 1h30.

Et pourtant, du début à la fin, ça roule. En dehors d’une petite mollesse en troisième acte qui aurait pu donner lieu à un twist phénoménal et potentiellement très impressionnant, ça tient carrément la route. Siegel et Flanagan ont eu l’intelligence d’esprit de caler une voisine à Maddie histoire d’étoffer un peu le casting et de permettre au tueur de se faire la main et d’annoncer la couleur sur autre chose que la final girl, mais la très grosse majorité du film tourne autour de la partie de cache-cache entre nos deux héros. Hush-03

D’un côté, on a une femme qui n’a pas l’intention de se laisser découper en sashimi sans se bastonner, et de l’autre on a un type qui yolo-ise total sur sa traque et qui ne lâchera pas l’affaire tant que les tripes de sa proie ne pendouilleront pas au bout de son couteau. C’est un peu comme regarder deux boeufs musqués s’affronter pour niquer une femelle, mais en un peu plus divertissant. Résultat : on obtient un méchant assez crédible auquel on n’a pas trop envie d’aller se frotter, et une final girl qui déboîte du début à la fin et qui véhicule très bien sa rage de vivre, même dans le plus grand des désespoirs, même quand tout semble totalement foutu.

Le fait qu’elle soit sourde ajoute aussi beaucoup à l’ambiance tendue du film. Puisque Maddie ne peut ni appeler à l’aide, ni hurler, ni crier de douleur ou de peur, on se retrouve plongés dans une espèce de faux silence qui suffit à faire grimper la tension et l’empathie qu’on ressent pour l’héroïne qui se retrouve dans un état d’impuissance horriblement frustrante pour le spectateur (ok, surtout pour elle, c’est vrai).

Sans révolutionner le genre pour autant, Hush arrive quand même à innover en ajoutant juste une toute petite donnée supplémentaire qui suffit à renverser le scénario classique qu’on attend tous pour lui offrir de nouveaux atours. Et quand un vent de fraîcheur souffle sur un genre qu’on connait par coeur, ben moi ça me rend assez heureuse.

hushhh

Et en tant qu’auteure, je dois avouer qu’il m’est arrivé d’envier Maddie qui s’est quand même trouvé LA bonne excuse pour rater sa deadline et envoyer bouler son manuscrit – mais peu de temps après avoir eu cette pensée, je me suis à moitié pissé dessus en voyant un mec chelou trainer sur mon palier et je me suis dit que je préférais largement affronter ma page blanche, finalement.

Maintenant je vais peut-être envisager de revoir Occulus parce que j’ai vraiment l’impression d’être passée à côté d’un truc et d’être la seule à avoir trouvé ça à chier (en plus de la personne avec qui j’ai vu le film à l’époque, qui si je me souviens bien était plutôt d’accord avec moi).

Publicités

7 réflexions sur “Hush (2016) – Loup, y es-tu ? Que fais-tu ? M’entends-tu ?

  1. Oui oui oui! Tout d’accord avec toi Jack (tu la sens la fille jouasse que tu postes un article ?!) Non plus sérieusement, je l’ai maté la semaine dernière sans grande conviction, j’en suis sortie ravie, le scénario tient bien la route sans trop de mou, le méchant est bien méchant vicieux comme j’aime et l’héroïne a les nerfs solides (perso, j’ai eu mal 50 fois pour elle) bref j’ai vraiment kiffé! Merci pour ton compte-rendu Jack! Jte claque une bise pour la peine 😉

  2. J’avais plutôt bien aimé Oculus, qui m’avait mise mal à l’aise bien comme il faut du début à la fin sans non plus me foutre une trouille monstrueuse. Du coup je vais sûrement me laisser tenter par Hush aussi. Même si, comme tu le dis, ça aurait été cool de donner le premier rôle à une actrice sourde. Mais bon, faut croire qu’on ne peut pas tout avoir. Ma liste de films d’horreur à voir commence à être longue comme mon bras, je sens que ça va se finir avec une journée pluvieuse, volets fermés et films d’horreur en boucle cette histoire ^^

  3. Hello !
    J’ai été également très surprise par ce film ! D’autant plus que je raffole tout comme toi des slashers et des films en « huit-clos » (ce sont d’ailleurs mes préférés) mais malgré tout, en lisant le synopsis sur Netflix (le titre français du film c’est « Pas un Bruit »), je me suis dit que ce serait sûrement encore de la pâtée pour chien à déguster pendant 1h30… Et bien quelle claque ! J’ai adoré l’ambiance du film, on se met très vite à la malheureuse place de Maddie et surtout les moments où l’on est vraiment dans sa peau et où on entend kedal arrivent vraiment à nous mettre dans son rôle et à ressentir ses peurs ! J’avoue que je n’aurais vraiment pas voulu être à sa place… Bref, même si ce n’est pas le meilleur et que le concept c’est du déjà vu, ils ont su faire du neuf avec du vieux, rien que pour ça je le conseille autour moi 🙂

    Ps : Au fait, j’adore ton blog, je prends plaisir à lire tes revues depuis quelques semaines 😉

  4. Je l’ai regardé pas plus tard que ce soir, et en effet c’était assez sympa !
    L’ambiance est vachement bien gérée, notamment par le basculement entre les sons entendus par le spectateur et ceux par Maddie, ça fontionnait bien ! Et puis cette dernière partie où elle imagine tous les scénarios possibles… une vraie bonne idée ! (quoi que bien hardcore lorsqu’on pense que c’est la réalité) (puis ce passage où elle se fait littéralement détruite la main… gnn j’ai pas aimé !)
    La seule chose qui m’a un peu manqué c’est l’identité du tueur… il sort un peu de nul part malheureusement.
    Par contre les acteurs sont très bons dans leur rôle, ça fait plaisir de revoir John Gallagher après 10 Cloverfield Lane, et dans un rôle bien différent (honnêtement je le préfère en type sympa dans Cloverfield). Et en effet c’est dommage de ne pas avoir casté une vraie actrice sourde, même si Kate Siegel joue très bien.
    Bref, une très bonne surprise ! 🙂

  5. C’est un bon thriller qui nous tient en haleine jusqu’à la fin. D’ailleurs, la première fois que j’ai vu la bande-annonce, j’ai su que j’allais aimer cette franchise. Le jeu d’acteurs est excellent.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s