Life After Beth (2014) : Morsures de serpent et smooth jazz

Life After Beth, de Jeff Baena, est une comédie horrifique qui réinterprète le mythe des zombies à sa sauce pour nous offrir un merveilleux moment de rire et de charogne.

lifeafterbeth

C’est pas la première fois que je vous le dis, mais tant pis : je commence à en avoir un peu ma claque des films de zombies. Alors maintenant, il faut un petit truc en plus, une petite touche d’originalité pour que je daigne m’intéresser à un zombie flick – comme avec Cockneys vs Zombies par exemple, qui reste très basique dans les faits mais qui possède ce petit élément bonus dont j’ai besoin pour apprécier le délire. Comme Goal of the Dead, aussi. Et parmi les films sortis cette année, il paraît que The Battery est super bon aussi, mais comme je l’ai pas encore vu je peux pas trop me prononcer. Bref, heureusement qu’il y a encore des gens pour innover et tenter de redorer un peu le blason de ce sous-genre dont on a largement abusé ces dernières années.

Jeff Baena, réalisateur et scénariste de Life After Beth, fait également partie de ces gens là. C’est d’abord le casting qui m’a convaincue de donner une chance au film, puisqu’on y retrouve Aubrey Plaza, Dane Dehaan, John C. Reilly, Cheryl Hines, Molly Shannon, Anna Kendrick et Matthew Gray Gubler – autant vous dire que ça a de la gueule.

Pour ce qui est du scénario, c’est plutôt simple : Zach (Dane Dehaan) tente de digérer la mort soudaine de sa petite amie Beth (Aubrey Plaza) mais tout se complique lorsqu’elle réapparait subitement, sans le moindre souvenir d’avoir trépassé, avec un comportement un poil différent de celui qu’elle manifestait de son vivant. Zach passe alors de l’euphorie – « Ma meuf est pas morte, c’est un miracle, c’est le plus beau jour de ma vie » – au gros gros malaise – « Elle pue quand même un peu de la gueule et elle étale de la boue sur les murs du grenier et elle est un poil agressive » et finit par se dire que, finalement, peut-être qu’elle aurait dû rester au fond de sa tombe.

lifeafterbeth2

Life After Beth est avant tout une comédie, super bien écrite et merveilleusement interprétée (t’as vu la gueule du casting en même temps ?!) qui offre une vision assez nouvelle des zombies – ce qui est toujours appréciable. Même quand c’est raté, c’est bien de tenter. Et là c’est pas raté. Je sais pas si c’était bien clair. En gros c’est cool, j’aime bien, BG GG. Parce que, voyez-vous, Beth ne sort pas de sa tombe en trainant la patte et en gémissant « Ceeeeerveaaaauuuu ». Beth n’a absolument pas conscience d’être morte. Elle n’a aucun souvenir de la morsure de serpent qui l’a mise K.O., aucune conscience du temps qui passe ni même de son changement de comportement, et ne capte pas du tout pourquoi tout le monde se comporte bizarrement autour d’elle, pourquoi Zach est si heureux de la revoir et pourquoi ses parents lui interdisent de mettre les pieds en dehors de la maison.

Sa transformation s’opère leeeenntement, au fil des jours, et fout donc à la poubelle tous les codes instaurés par les grands classiques du genre. Ça fonctionne plus pareil, ça donne plus le même résultat, et ça pourrait en perturber certains, mais moi ça m’a fait un bien fou. Par exemple, les zombies de Life After Beth sont très friands de smooth jazz – c’est le seul truc qui les apaise. Ils gardent la parole, mais sont dotés d’une force surhumaine – et oui, ils mangent bien des gens, heureusement. Même si pour le coup, c’est pas dans ce film que vous allez voir des kilomètres de charcuterie s’étaler sur le bitume. L’élément « zombie mangeur de gens » n’étant pas l’axe principal du film, c’est sûr que ça manque un peu. Mais si vous y allez en pensant « comédie romantique indé avec des éléments d’horreur », alors vous allez kiffer. Enfin, probablement. Enfin, j’espère. Enfin j’en sais rien moi j’suis pas votre mère après tout vous faites ce que vous voulez, et vous me direz après.

lifeafterbeth3

Les dialogues sont mortels, y a plein de phrases cultes, plein de phases cultes aussi, le personnage de Matthew Gray Gubler est génial – et ça fait du bien de le voir dans un autre rôle que le nerd vaguement charmant d’Esprits Criminels (dont j’étais folle amoureuse y a 5 ans mais c’est bon là ça m’a gavée), tout le monde est complètement à côté de la plaque, y a pas grand chose de sérieux dans tout ça, mais c’est quand même vachement chouette. Même si, au final, il reste quelques questions auquel le film ne répond jamais, mais bon, ça n’enlève rien à son charme. Quant à Aubrey Plaza et Dane Dehaan, ils sont tous les deux excellents, mais ça ne surprendra personne.

Si vous aimez rire, si vous aimez l’horreur, et si vous aimez le casting, y a de très grandes chances pour que vous passiez un super moment devant Life After Beth.

Publicités

7 réflexions sur “Life After Beth (2014) : Morsures de serpent et smooth jazz

  1. Ha ha purée tu m’as donné envie pour le coup !
    Bon tu a aimé goal of the dead mais bon je peux comprendre il y a Alban Lenoir dedans et mon côté féminin me dis que si j’avais eu un chromosome différend j’aurais aimé ce film ^_^
    Mais pareil, overdose de zombies et je suis preneur de tout ce qui change (érection cérébrale en lisant « feed » de miracles grand) du coup je vais suivre ton conseil et si jamais c’est pas aussi bien que tu le dis je viendrais te jeter des petits cailloux enflammés dans les cheveux par ce que… Par ce que faut bien que je m’en serve ils traînent dans mon salon et ça encombre.

  2. D’abord, merci pour ce commentaire qui me donne encore plus envie de voir le film 🙂
    Ensuite…MAIS OU AS-TU REUSSI A LE VOIR OMG JE L’ATTENDS DEPUIS DES MOIS il n’est nulle part à Montpellier je meurs d’attente 😦
    Merci bien, et à une prochaine !

  3. Encore un super film que tu m’as donné envie de voir (bon j’ai pas aimé Goal of the dead mais sinon tu tapes toujours dans l’mille). C’est effectivement le genre de film-zombie dont on a besoin, les acteurs sont géniaux et pour une fois, ça change du sempiternel zombie type movie qui fatigue plus qu’autre chose! Merci Jack!

  4. je me suis laissée tenter et … merci de m’avoir fait découvrir ce film ! je me suis bidonnée du début à la fin, c’est vraiment agréable un film Z qui sort des sentiers battus comme celui-ci ! je le place dans mon top 5 Z !

  5. Pingback: Burying The Ex, de Joe Dante : le trailer ! | Le Blog Horreur

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s