Stay Alive (2006) – Le jeu vidéo qui tue des gens

Stay Alive, sorti en 2006 et réalisé par William Brent Bell, fait le choix audacieux de placer un jeu vidéo qui tue des gens au centre de l’intrigue, avec un casting de folie et un scénar à trous.

Dans Stay Alive, un film d’une grande qualité aujourd’hui encore inégalée, un jeune beta-testeur tombe sur un jeu vidéo qui tue des gens. Le jeu s’appelle Stay Alive, parce que c’est super dur de rester vivant quand on joue à un jeu qui rend mort, et en fait quand tu meurs dans le jeu, tu meurs dans la vraie vie – comme dans le jeu. Je crois que j’ai jamais autant dit « jeu » dans une phrase. Jeu. Voilà, ça c’est fait. Après cette intro pas du tout vertigineuse, penchons-nous un peu sur ce bijou sous-estimé du cinéma étazunien (indice : une micro-dose de sarcasme se cache dans cette phrase, sauras-tu la retrouver ?).

Stay Alive a au moins le mérite d’avoir un casting qui fait à peu près plaisir. Le film s’ouvre sur la mort de Loomis (un nom pas du tout sur-utilisé dans le cinéma de genre), incarné par un Milo Ventimiglia à grosses binocles. Pour ceux qui comme moi ont eu beaucoup de mal à blairer son personnage dans Heroes (enfin, tous les personnages en fait), vous serez sûrement ravis de le voir pendre au bout d’une corde environ 40 secondes après le début du film. Intrigué par sa mort légèrement anormale, son meilleur ami Hutch décide de mener l’enquête avec sa petite bande de potes. Hutch est incarné par Jon Foster (le frère de Ben Foster, aka Russell dans Six Feet Under) et ses potes sont October (Sophia Bush en fausse gothique du marché qui s’appelle comme le mois d’Halloween parce que c’est trop dark), son frère Phineus (le génial Jimmi Simpson), Swink (le regretté Fankie Muniz, que sa carrière repose en paix), Miller (Adam Goldberg mon amour) et Abigail (Samaire Armstrong, que je connais pas mais dont le nom m’inspire une bonne soixantaine de blagues bien nazes).

Ensemble, ils décident de jouer à Stay Alive pour « célébrer » la vie de leur « ami » Loomis environ cinq minutes après sa mort parce que nique sa mère la période de deuil, ici on se recueille devant sa console. Le concept de Stay Alive ? Un survival à mi-chemin entre Silent Hill et The House of the Dead, qui se passe à la Nouvelle Orléans (comme par hasaaard la ville où vivent nos protagonistes !). Le gros méchant à combattre ? C’est là qu’on rigole bien fort : la Comtesse Elizabeth Bathory, propriétaire d’une plantation, et connue pour se baigner dans le sang de jeunes vierges pour combattre le vieillissement parce que c’est plus swag que le lait d’ânesse. Ça vous dit vaguement un truc ? Narmol, pour faciliter la tâche à nos jeunes gamers, les petits génies qui ont pondu le scénar ont choisi de faire passer la Comtesse de la Hongrie du 16ème siècle à la Louisiane du 19ème. C’est plus simple de faire cinq minutes en voiture pour aller affronter le grand méchant plutôt que de devoir expliquer à ses parents pourquoi on a décidé de tout plaquer pour aller faire un road trip en Hongrie, je suppose.

Bref, même après avoir enfin compris qu’il fallait arrêter de jouer à ce putain de jeu sous peine de crever dans la demi-heure, ils continuent à mourir un par un. Pourquoi ? Parce que le jeu joue tout seeeuuuul. Eh ouais, sinon il aurait suffit qu’ils éteignent leur console, qu’ils crament le jeu et on aurait été tranquilles (ah non, attends, ils ont pas pensé une seconde à détruire le jeu pour voir, mince alors, on saura jamais). Donc ouais, si tu joues, t’es baisé, si tu mets pause, t’es baisé et si t’éteins, t’es baisé. Là où ça pète un peu l’intérêt du film, c’est que les morts auraient pu être super cool, si le film n’avait pas été un PG-13. Tout se passe hors-champ, ou alors très très vite avec une grosse CGI pourrie, du coup nos seuls moments de satisfaction sont complètement gâchés.

Le film est clairement ridicule, malgré un concept qui aurait pu être cool si ce gros manche de William Brent Bell n’avait pas été aux commandes. Qu’a fait William Brent Bell pour me mettre autant en colère, me demanderez-vous la bave aux lèvres ? Il a commis Devil Inside, la plus grosse arnaque de la décennie, un film même pas fini qui ne vaut même pas qu’on s’attarde dessus « pour rire ». Je m’en veux encore d’avoir fait gagner des places pour ce film alors que je ne l’avais pas vu, j’ai eu envie de jeter ma chaussure sur l’écran au ciné tellement ce film m’a énervée. Et pourtant, à côté, Stay Alive est un putain de chef d’oeuvre. Au moins il est – à peu près – fini (pas tout à fait, mais bon on sent que William a fait un petit effort de créativité) (tout petit). Il y a pas mal de trucs débiles, comme l’histoire de Hutch qui n’a absolument AUCUN intérêt si ce n’est d’ajouter une micro-seconde de suspense dans la scène finale (« ouh j’hésite vaguement à affronter ma phobie je suis pas très sûr de moi sur ce co… ALLEZ HOP C’EST BON J’SUIS GUÉRI SALUT ! ») ou encore la fin, forcément.

Le troisième acte est largement dispensable, ce qui aurait pu être un film naze mais divertissant devient un calvaire au bout d’une heure, d’une longueur éreintante, avec des personnages de plus en plus saoulants. Trop de Jon Foster et de Samaire laput Armstrong, pas assez de Jimmi Simpson et de Frankie Muniz, beaucoup trop de guimauve à deux balles (je suis un coeur d’artichaut mais ça m’a SAOULÉE BORDEL), une confrontation finale en carton et des rebondissements qui n’arrivent pas à la cheville d’un épisode de La Bande à Picsou, bref, du gros gâchis. Pourtant je l’ai vu trois fois. Me demandez pas pourquoi, j’en sais rien, j’ai un gros faible pour les films un peu pourris des années 90/00, c’est ma kryptonite.

D’ailleurs si quelqu’un parmi vous pourrait se dévouer pour le (re)voir et m’expliquer l’histoire des roses, j’ai pas tout saisi, je devais encore être occupée à instagramer mes chips ou j’sais pas quelle connerie dans le genre.

Publicités

10 réflexions sur “Stay Alive (2006) – Le jeu vidéo qui tue des gens

  1. Ce film est vraiment énorme. J’aimerai tellement pouvoir y jouer juste pour le fun ! Tu ne connaîtrais pas un jeu video similaire ?
    Si tu veux te fier a mes souvenirs , je crois que les roses représentes des vies … pas trop sur !

  2. Ah je me souviens de ce film, je devais avoir 13-14ans quand je l’ai vu et à l’époque j’avais bien apprécié l’histoire. Par contre, je ne sais pas si ce serait toujours le cas aujourd’hui, à revoir peut-être.
    Pour ce qui est des acteurs, je me souviens que je les aimais presque tous (dont Milo <3) parce qu'ils jouaient tous dans des séries que j'adorais. Enfin pour les roses, je pense, comme Anastasia, que ce sont les vies mais ce n'est qu'un vague souvenir.

  3. Les roses ce sont des protections contre les fantomes. Quand y’en a un qui s’approche, tu lances une rose et il disparait. Une rose par fantome. Le souvenir est encore frais, je l’ai revu la semaine dernière 🙂

  4. Si les roses sont une protection contre les fantômes c’est sans doute un « clin d’oeil » au jeu « Castlevania ». mais je n’ai pas vu ce film.
    ça me fait penser à un combo entre Jumanji et Lain 😉

  5. Y a-t-il un film sur les jeux vidéos qui ne soit pas pourri ?
    Bon Stay Alive n’est pas horrible horrible, mais c’est quand même assez naze, surtout vers la fin. En plus, j’ai vu la version censurée dans tous les sens (je savais pas que c’était à ce point là, y’a des bouts de phrases en moins pour enlever les insultes)… Pfff… 😦

  6. Il est trops cool le jeux dans ce Film Franchement sa serait bien s’il il pourrai avoir le meme type de jeux dans la Vrais vie . Un jeux ou quant tu Meure tu meure en vrais a sa serait trops cool . Mes serieussement exite t-il pas un jore de jeux comme sa en vrais.

    lolo 🙂

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s