ATM (2012) – La Revue

ATM est un film de David Brooks dans lequel trois collègues se retrouvent bloqués dans une jolie cabine en verre au milieu de la nuit, sur un parking désert, et traqués par un psychopathe encapuché.

En fait j’ai dit « jolie cabine en verre » pour résumer parce qu’ATM est un film qui risque de faire bien chier les traducteurs si jamais il quitte le circuit étazunien pour se propager vers chez nous. En effet, un ATM en anglais, c’est un distributeur automatique de billets – jusque là, rien de bien compliqué. Mais va expliquer aux gens comment trois personnes se retrouvent bloquées dans un distributeur automatique sans passer pour un con. Parce que par chez nous, les cabines perdues au milieu de nulle part, ouvertes 24h/24, avec des distributeurs de billets dedans, ça existe pas trop. Nous nos distributeurs on les fout dehors, encastrés dans les murs des banques, et on en parle plus. C’est donc un concept difficilement exportable.

Mais une fois qu’on a passé la barrière de la langue et des coutumes, ça se simplifie. Trois collègues quittent une soirée organisée par leur boîte et s’arrêtent donc dans un ATM (on va pas non plus se faire chier pendant toute la revue à dire les choses comme il faut hein) pour retirer de la thune à 1h du matin. Et au moment de ressortir, qui voient-ils, planté à quelques mètres de la cabine, immobile ? Un mec avec un manteau à capuche à moumoute, qui reste là, à les mater, sans rien faire. Qui est-il ? Que veut-il ? Quels sont ses réseaux ? N’a-t-il pas mal aux genoux à force de se tenir dans cette position inconfortable ? Mystère.

Nos trois protagonistes sont d’abord intrigués – « Et si c’était juste un mec qui attendait qu’on se barre pour rentrer à son tour ? » – puis rassurés – « Naaah, c’est sûrement un SDF » – puis très inquiets – « Eh tiens on va sortir pour voiiiAAAAAH IL S’AVANCE VERS MOI D’UN AIR MENAÇANT VITE BARRICADONS NOUS !« . Les choses commencent à sérieusement puer du bec quand le bonhomme en question déglingue un type qui passait là avec son chien, bim, comme ça, sans demander la permission. Là, forcément, les trois couillons en tête d’affiche se disent que c’est mal barré pour leur gueule et commencent à chercher des solutions – sans grand succès, évidemment, sinon y aurait pas de film hein, vous devriez le savoir depuis le temps.

Si je me suis jetée sur ATM comme un coyote sur un enfant abandonné, c’est parce que le sous-genre claustro est un de mes préférés (avec le found footage mais je commence à saturer un peu là). Les films comme Buried, The Hole ou Frozen me font un effet de dingo – et pourtant je suis pas spécialement claustro hein, mais le côté « on est dans la merde on va tous mourir et EN PLUS on peut strictement rien y faire à part attendre la mort en pleurant et en devenant ouf », ça m’fait bien kiffer. Sauf que bon, côté pression, malaise et crise de nerfs, ATM est un peu faiblard – pour ne pas dire complètement anémique.

Déjà, le tueur n’est pas spécialement impressionnant, j’ai le même manteau que lui donc faire le malin en se tenant dans l’obscurité pour faire flipper trois mauviettes, ça va, j’peux l’faire aussi. Et un film d’horreur avec un tueur qui fait pas peur est déjà assez mal barré comme ça, alors si en plus les personnages principaux ont le charisme de trois briques neurasthéniques, ça commence à piquer. Ce trio est composé de David (Brian Gerarghty), le petit employé modèle au coeur d’artichaut et au karma fleuri, Corey (Josh Peck), le collègue-copain-connard qui fait chier le monde et qui ne sert qu’à faire le relou de service et Emil (Alice Eve), la petite employée modèle au coeur d’artichaut et au karma fleuri (je vous laisse deviner qui en pince pour qui dans l’histoire). Des personnages lisses, sans personnalité, qui nous rendent la tâche très difficile en matière d’identification et de compassion (pour résumer, qu’ils crèvent ou qu’ils survivent, on s’en bat les glaouis).

Côté performance, les acteurs font ce qu’ils peuvent avec ce qu’ils ont – c’est à dire, pas grand chose. Passer d’une émotion intense à l’autre quand on est coincé dans une cabine en verre à cause d’un connard qui squatte devant la porte, ça doit pas être méga évident. Pour Alice Eve, ça relève visiblement de l’impossible – elle passe le plus clair du film à minauder, faire trembler ses mains, faire semblant de se réchauffer, crier, et assister, impuissante, aux scènes qui se déroulent sous ses yeux. Son personnage est plutôt passif, et ça devient vite saoulant. On a juste envie de la secouer en lui hurlant de se bouger le derche et de se mêler à l’action. Mais non, les filles ça prend pas de risque, ça se bastonne pas, ça s’énerve pas, ça reste là à crier en essayant de raisonner les mâles fougueux qui se tapent dessus et qui tentent de trouver une solution, c’est bien connu. On passe donc le plus clair du film à hurler sur les personnages parce que « MAIS POURQUOI IL A PAS FAIT ÇA LUI ?! », « MAIS T’ES MONGOLE OU QUOI, FAIS ÇA ! », « …ELLE S’FOUT D’MA GUEULE ELLE ?! » – et c’est drôle, mais c’est chiant aussi.

Le film réserve quand même quelques surprise (ok, deux, pour être exacte) plutôt efficaces. C’est dommage que le reste tombe à plat, alors que ces scènes parviennent à faire monter la pression de dix crans d’un coup. Finalement, ça retombe comme un vieux soufflé, après nous avoir arrosé de faux espoirs. J’ai quand même plaqué ma main sur ma bouche une fois, sous le coup de la surprise. Woo ! Pour ce qui est du dernier quart d’heure, autant vous dire que je l’ai passé à froncer les sourcils, jusqu’à ce que le générique me tombe dessus, presque honteux de laisser défiler les noms de tous les responsables de cette déception.

Alors avec tout ça, vous devez commencer à comprendre qu’en gros, je suis pas tombée folle amoureuse du film, MAIS, ce n’est pas pour autant que je vous le déconseille. Ça reste un film à voir le dimanche après-midi quand on a pas trop envie de réfléchir. Et puis ça a au moins le mérite d’être une petite nouveauté en matière de cadre – même si ça ne parlera pas trop aux petits français que nous sommes. Donc tentez le coup hein, il vous mordra pas. Et puis p’tet que vous le kifferez, en plus, parce que bon, les goûts et les couleurs hein, tout ça, tout ça…

N’empêche que s’il y a bien un truc qui m’fout les boules, c’est de voir un super concept se ratatiner comme une merde. C’est extrêmement frustrant, l’air de rien.

Publicités

18 réflexions sur “ATM (2012) – La Revue

  1. Pour un résumé de film horrifique, c’était excellent. Je sais pas si je vais aimer ou quoi, mais tu m’as donné envie d’aller voir ce que ça donne !
    Et oui aux filles qui se bouge les miches dans les scénars SVP. Parce que dans la réalité, je veux pas cracher, mais c’est bien souvent des nanas qui sont les premières à réagir… sans vouloir exagérer.

  2. J’ai adoré la scène de fin de la bande annonce, le mec assit sur la chaise en train de les matter mourir, c’est juste excellent.
    Et le coup du « il est tout seul, on est 3 », ça marche pas quand il s’agit de trois mauviettes.
    N’empêche je sais quoi regarder dimanche prochain. Merci !

  3. Le truc que je comprends pas aux États-Unis dans leur ATM il y a pas de boutons comme en France où tu peux t’enfermer et qui appelle la police en cas de problème ??
    Enfin le concept a pas l’air mal mais dans ce genre de film il y a généralement tellement d’incohérence que ça m’énerve !

  4. Je sors de visionnage, effectivement il est pas top mais se laisse regarder. Par contre je n’ai même pas vu les 2 ou 3 moments de surprise censés me scotcher, et surtout j’entends partout parler d’un « final qui remonte le niveau » et je l’attend toujours! Je regrette beaucoup qu’on ne connaisse jamais l’identité ni les motivations du tueur… Et pour finir franchement, qui se gare à 40m de l’endroit où il doit se rendre? Réponse : nos 3 compères, et l’agent de sécurité qui décide de se garer dans le fond du parking bien noir et de continuer à pied c’est plus prudent…

  5. Hahahaha contente de voir que je suis pas la seule!!! Je viens de le voir, et franchement, la fin…on comprend rien! O.o OK le mec fait des plans, ok on sait pas ça sert à quoi, et…générique! DE QUEUUWA??? (Tout ça pour ça??? >.<)

    Pendant la bagarre je pensais la même chose, les mecs se prennent des coups et la fille fait rien! Quelle connasse! Et le mieux c'est le "What did you do????" Bah euh je sais pas, j'essayais de sauver notre peau (re-connasse!)^^ Oula je m'emballe!

    Enfin tout ça pour dire un film dont on ne pige pas la fin, ben ça fait aucun effet, genre ça te trotte pas dans la tête la fin de la journée! Donc un peu (beaucoup) daube! 😉

  6. T’as pas l’air d’être sorti de chez toi depuis 10-15 ans non? toi qui écrit l’article…?
    Pour tout te dire, les « ATM », ça existe en France, il n’y a pas que des distributeurs de billets encastrés dans un mur!
    On en trouve de plus en plus des salles fermées avec plusieurs distributeurs à l’intérieur (ATM donc..), ouvert 24/24H, il y en a même par chez moi, dans des villes de 2 ou 3000 habitants, c’est pour dire…
    Je voulais juste te mettre au courant, au cas où, si un jour tu sors de chez toi, on trouve même des téléphones tout petit et des écrans dans des voitures qui te disent quelle route prendre…
    Et des sortes de petits objets en matière plastique, qui, lorsque avec le pouce tu exerce une friction, produit du feu, si si!! tu verras, c’est passionnant!!

  7. C’est mignon toute cette agressivité pour un détail aussi important, vraiment j’apprécie, merci beaucoup.

    Cependant, je te mets au défi de me trouver une cabine BNP isolée en plein milieu d’un parking parisien. Bisous ! ❤

  8. Entièrement d’accord avec toi je crois qu’on s’en cale tous un peu de savoir si oui ou non il y a des ATM en France car moi non plus jamais entendu parlé et pourtant j’ai une vie sociale très accomplie et ne vie pas dans un bled paumé au fin fond du Cantal. Donc c’est pas tellement le genre de commentaire qui fait avancer le débat et je pense que notre ami est surement sponsorisé par ATM pour avoir été si touché par notre ignorance…
    Bref pour en revenir au film, premièrement j’adore le cynisme de la critique et je suis ravi de voir que je ne suis pas le seul qui soit resté de marbre avec la chute! C’est qui ce mec? le tueur? C’est quoi son souci en fait? En gros il les tuent juste pour le fun… wouaw super scénario! Et comme le dit Camille c’est bien il fait des plans et c’est pour??? Et puis bon ok j’aurai été seul et j’aurai vu un mec chelou attendre devant le distributeur j’aurai flippé mais bon là sérieux ils sont 3 et ils ont à plusieurs reprise l’opportunité de se barrer mais nan il sont mieux dans leur box. Et puis heu l’eau qui monte ils sont débiles ou quoi (la scène juste avant on le voit entrouvrir la porte) et enfin le tueur qui trafique on ne sait quoi tous les 5min derrière le distributeur plutôt que de péter les vitres…Bref moi qui voulait me faire une soirée angoisse j’étais plus préoccupé par ce que j’allais manger demain…Alors si quelqu’un à des vrais bons films bien angoissants pour moi je suis preneur. Bonne soirée 🙂

  9. Tout d’abord je voudrais commencé par dire que le suspense de « C’est qui ce mec ? » je pense que rester anonyme pour l’instant c’est ce qu’il faut, un peu comme dans Phone Game on ne vois pas du tout d’ou viens le mec, qui il est exactement.. Sur le « Il veut quoi exactement » je pense aussi qu’il aurait du au moins mettre un piment et essayer de nous faire comprendre ce qu’il veut.. Pourquoi il fait ça par exemple, pour le scénario, j’avouerai que le blond demande à son collègue un briquet.. Au lieu de lui sortir, il le garde jusque la fin.. Le stresse fait il autant perdre la mémoire ? La poubelle enflammé j’y est penser des le début.. On est 2 on vois que je n’arrive pas à atteindre, j’attend pas le déluge pour penser à PORTER la collègue (qui en plus est une fille donc légère).. Le tueur fait quoi derrière ? Il trafique, et trafique et trafique encore mais c’est pour ? L’histoire du piège de dehors avec la corde j’avouerai que c’était bien imaginé.. Ce que je comprend pas c’est le mec avec le chien sait fait exploser, le vigile on en parle même pas j’ai eu mal pour lui.. Mais l’autre sort et il se fait juste planté.. Je pense que si il serai rentré à l’intérieur, la caméra aurait joué donc le plan du film aurait était raté.. Enfin bon, je ne sais pas du tout si il aura un prochain mais j’espère et qui expliquera au moins le pourquoi du comment et qui est l’acteur 😀 Parce que entre nous, il a l’air un peu carré quand même 🙂 Pour terminé, j’ai bien aimé mais sans plus, ne pas ce fié aux commentaires écris et voir de sois même.. Pour ceux qui regarde un film comme ça sans plus, ils aimeront mais pour ceux qui regarde détail par détail alors il devrait passer sans plus 🙂 Voila voila, bonne soirée à vous 🙂

  10. La seule chose que j’ai retenu lors de ce pénible visionnage, c’est la stupidité prévisibe mais néanmoins navrante de nos 3 protagonistes sans saveur et stereotypés.
    Le pire, c’est qu’ils ont tellement de possibilités de s’enfuir que j’ai fini, perplexe, par me poser des questions (juste énormes les scènes où ils ouvrent grand la porte et restent plantés devant en criant à une tierce personne au lieu de simplement se bouger aussi le derrière). Certes, sans cela le film se serait résumé à un court-métrage, mais il y avait sans doute une autre façon de traiter le suspense, ou alors juste de changer de sujet.

  11. Vous avez pas compris le film je crois ,

    Le truc et que le tueur ok on sait pas qui il ai il tue peut être ( surement ) pour le fun , mais voilà bref , imaginez vous êtes dans un ATM un mec se fait tuer devant vous il fait froid et tout et vous savez même pas si le mec et armé franchment qui serai sorti ? Moi pas perso , ensuite le tueur bidouille quoi derriere ? Il connait les lieux les a etudier ( on le voie à la fin avec des plans etc ) il sait donc surement que derriere cette porte y a la plaque avec le chauffage donc possibilité de faire quelque chose …

    Apres pourquoi il s’approche pas ? La camera regardé bien le mec à la fin et invicible par la camera on voient juste les 3 nanars geulé se foutre sur la geule tuer le facteur , et la camera se deconnect donc en gros le survivant va porter le chapeau passé pour fou etc ( un tueur qui veut vous tuer mais invicible sur une camera forcément votre crédibilité …)

    Aprés bon ok y a des truc pas net ( garé à l’autre bout du parking , comme par hasard , pas de réseau alors qu’il me semble que même sans réseau les urgences son jouanible , ou encore le flic qui dit je sais pu quoi dans sa radio mais aucun collegue n’as l’idée d’aller voir si il va bien , c’est logique de parlé dns la radio puis pu rien …)

    Mais je trouve que le film et pas mal foutu , d’ailleur à mon avis le tueur et une sorte de chasseur et garde un trophée des victimes ( le pédentif les lunettes les ecouteurs ) morte ou en prison …

  12. J’l’ai trouvé pas trop mal, à part la fin que j’ai pas du tout capté. En dehors de la trace de ses meurtres. Ceci dit, si j’peux me permettre une hypothèse, et je mettrai pas SPOIL (parce que j’ai rien capté au film), je pense que le tueur est un fanatique de tout ce qui est système de sécurité. Ou alors, un mec chargé de tester ces mêmes systèmes.

  13. Effectivement ce n’est pas un grand film. Toutefois Jojo a plutôt bien saisi les histoires de plans tracés par rapport au caméra. De plus pour le briquet (petit détail mais tout n’est pas incohérent non plus) ce n’est pas à l’origine la veste du jeune reloud mais celle récupérée sur le cadavre du facteur. Ce qui explique pourquoi il le découvre plus tard.
    Les motivations du tueur: Une des raisons serait qu’effectivement il en veuille à la banque puisqu’il établi des dossiers précis sur ses prochaines victimes. Pour le placement des voitures là je rejoins tout le monde; Mais pourquoi se garer si loin alors que l’on est américain et que l’on déteste marcher? Même en tant que français on se serait mis pile devant la porte. Je rejoins aussi Jojo sur le bref appel de l’agent de sécurité restait sans réponse de ses collègues. C’est intéressant ces petites discussions sur les films qu’on a pas captés.

  14. Peut-être que le tueur est le gars à qui David téléphone au début « Mr. Dean », quand il apprend qu’il perd une importante partie de ses biens, il veux se venger … mais ça ne serait pas cohérent avec les plans qu’il établie à l’avance ..

  15. Je viens de voir le film hier en VOD.
    Je vous explique ma vision de l’histoire:
    Le tueur fait une fixation contre tout ce qui représente l’argent (victimes provenant du monde financier, endroit où les meurtres se produisent)
    Pour moi, le tueur est un type qui a été licencié d’une boîte qui s’occupe de la sécurisation en général (pause d’alarmes, de caméras), ce qui explique les plans techniques qu’il semble maitriser. Suite à son licenciement, il voue une haine absolue à tout ce qui représente la réussite financière et va se servir de ses connaissances pour monter son scénario. Il connait certainement l’autre con (la première victime du trio)qui est suffisament déjanté pour accepter de participer. Le tueur lui a demandé d’amener son copain dans l’ATM et qu’il lui foutrait la peur de sa vie. De ce fait, il a pu préparer son matériel préalablement. L’élement non prévu est la présence de la fille avec eux au moment de partir mais le con s’est fout, il continue quand même de jouer le jeu (envie de bouffer, pas d’argent liquide, il connaît un endroit où aller chercher de l’argent, …)Une fois dans l’ATM, le con fait tout pour attirer son copain à l’intérieur. Ensuite, tout par en couille quand un SDF se fait vraiment trucider devant leurs propres yeux. Là, le con comprend qu’il a été piégé mais n’ose pas se confier aux autres, de peur de leur réaction. C’est ce qui explique qu’il participe au meurtre du client qu’ils prennent pour le tueur. Quand il se rend compte que ce n’est pas le type qu’il connait, il pète un cable. Le but du tueur est de s’amuser jusqu’au bout sans jamais apparaître sur les caméras de sécurité. A la fin, il prépare son prochain coup.
    Voilà, je ne l’ai pas revu une deuxième fois, donc ma version comporte peut-être des erreurs (ça donnera peut-être à quelqu’un l’envie de revoir le film pour dénoncer mes incohérences)
    A part ça, j’ai trouvé le film un peu faiblard. Un des seuls sentiments d’angoisse que j’ai éprouvé était lié à la température glaciale qu’il devait y avoir dans l’ATM (quand il s’est remplit d’eau, j’avais vraiment froid)

  16. pour l’auteur du dernier commentaire, es tu vraiment belge daniel. Non je plaisantes, je te rejoins un peu dans ta façon de comprendre l’histoire, mais moi je peux confirmer que l’individu à la capuche c’est bien le mec dont on a fait perdre 3 mois de sa pension de retraite (bon pour un retraité, le mec il est trop balèse), mais si vous faites bien attention tout au début du film, on voit bien l’individu à la capuche suit à la trace notre cadre financier, c’est donc un coup,préparé par avance. La fin est nulle, le grand mystère est qui était assis sur la chaise en train de manipuler des plans!!!!

  17. Salut a tous pour éclairer certain au debut du film il fait des plan du atm en question pour piéger des gens, sur sa je pensse que tout le monde la remarquer 🙂 le blond ce gare loin exprer pour emmerder son pote casse couille et pour finir les plan que l’on voit tout a la fin ces son prochain coup quil prépare dans un super marcher du moin ces ce que jai compris voila a+

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s