American Horror Story : ça vaut le coup ou pas ?

American Horror Story est une série horrifique – l’une des raaares du genre – diffusée sur FX, chaîne américaine, depuis le 5 octobre. Mélange de maison hantée, de meurtres et de mystères aux accents glauques, nous sommes nombreux à avoir misé dessus. Mais est-ce que la série tient vraiment ses promesses ?

J’ai préféré attendre de voir au moins les trois premiers épisodes d’American Horror Story avant de vous en parler, histoire de ne pas m’emporter ou la descendre sans avoir vu plus loin que le pilote. Depuis la diffusion du premier épisode, vous avez été une petite poignée à me demander d’en parler, ou simplement si ça en valait la peine. Du coup, moi gentille, je m’exécute aujourd’hui (et là je me visualise en train d’actionner moi-même la guillotine pour me décapiter devant une foule en délire, et j’rigole bien).

American Horror Story, de quoi ça raconte ?

(j’ai aussi décidé de mettre mon français correct à la poubelle pour fêter l’arrivée du weekend).
American Horror Story, c’est l’histoire d’un couple, Ben (Dylan McDermott), psychiatre, Vivien (Connie Britton) et leur fille Violet (Taissa Farmiga), qui emménagent dans une vieille maison à Los Angeles pour sauver leur couple. A Boston, Vivien a subit une horrible fausse couche et a surpris Ben en train de coucher avec une de ses élèves en psycho. Plutôt que de se mettre violemment sur la gueule et de saccager un tribunal au cours d’un divorce houleux, ils ont préféré déménager et tenter de ranimer la flamme. Après un bordel pareil, vous vous doutez bien que ça ne va pas être super évident.

Mais comme si on en restait là, ça ne serait qu’une simple série dramatique sur la tentative de reconstruction d’une famille brisée, il y a pire. La maison dans laquelle ils ont emménagé a été le théâtre d’un drame sanglant. Les deux propriétaires précédents, un couple gay aux pratiques sexuelles légèrement BDSM, sont tous les deux morts dans la cave – l’un a tué l’autre avant de retourner l’arme contre lui. Ils acceptent néanmoins d’acheter la maison, probablement rassurés par l’enthousiasme de leur fille devant une telle histoire. Oui, parce que Violet est une ado en crise, attirée par tout ce qui est glauque et malsain, qui fume en cachette et se bat avec les pétasses de son école. Sinon c’est moins drôle.

Ça fait déjà beaucoup, et pourtant ce n’est pas tout. Ajoutez à ça une voisine complètement tarée (interprétée par l’excellente Jessica Lange, horriblement crédible dans ce rôle) et sa fille trisomique qui passe son temps à squatter leur baraque, une domestique borgne au passé trouble (interprétée par Frances Conroy, vue dans Six Feet Under et toujours aussi bluffante), un homme au visage cramé qui suit Ben partout, et un jeune patient aux pulsions meurtrières qui tourne autour de Violet… et vous n’obtenez que le quart des personnages d’American Horror Story.

Un pot-pourri horrifique

J’ai hésité entre pot-pourri et muesli, j’étais pas sûre de ce qui était le plus évocateur, mais comprenez bien ceci : American Horror Story, c’est un sacré bordel. Ça part dans tous les sens, de nouveaux personnages apparaissent toutes les cinq minutes, les intrigues se multiplient à la vitesse de la lumière, ça va très vite et très loin. C’est aussi pour ça que je voulais attendre avant de vous en parler, j’étais pas sûre de la direction qu’ils allaient prendre pour la suite, et finalement c’est très simple : toutes. Si une porte s’ouvre, bim, on rentre. Si quelqu’un sous-entend quelque chose, on n’en restera pas là. Tout est travaillé, tout se tient, tout est lié, et évidemment, on se sent complètement perdu au milieu de tout ça.

On a l’impression de tomber dans le terrier du lapin d’Alice au Pays des Merveilles. Le meurtre/suicide des deux propriétaires précédents n’est finalement qu’un chapitre dans l’histoire de la maison. Plus on remonte dans le temps, plus on en apprend sur cette maison, qui semble maudite. On finit par ne plus savoir ce qui est réel, qui existe vraiment, ce que les personnages ont vécu ou imaginé, et on se retrouve happé par cet étrange univers.

Alors, ça vaut le coup ?

Bon, clairement, quelle que soit ma réponse, vous ne serez pas tous d’accord avec moi. Sinon ça voudrait dire que je serais le Maître Incontesté de l’Univers, et ça ça n’arrivera pas avant 2019. Mais puisque certains d’entre vous m’ont demandé mon avis, je vais me faire un plaisir de vous le donner (oui parce quand on me demande rien, je m’abstiens totalement d’ouvrir ma gueule, c’est bien connu).

De ce que j’ai vu pour l’instant – c’est à dire trois épisodes – j’ai bien envie d’y croire. J’ai bien envie de dire que oui, pour l’instant en tous cas, ça vaut le coup. C’est toujours aussi prometteur. On sent que cette volonté de partir dans tous les sens est peut-être plus maîtrisée que ce qu’on croyait au début. Ça donnait l’impression d’être face à une bande de fans du genre qui voulaient tout faire en même temps. Et en fait, tout a l’air d’être bien ficelé. On n’est pas à l’abri d’un gros revirement de situation, mais pour l’instant ça tient la route.

En bref, si vous aimez les séries et l’horreur, je ne vois pas de raison de vous tenir éloigné d’American Horror Story. Au pire, on sera déçus, au mieux, on aura été témoins du retour de l’horreur de qualité à la télévision. C’est un bon risque à prendre.

Et si vous n’êtes pas d’accord, comme d’hab, venez donc chez moi avec des fourches et des torches et on règle ça à l’ancienne. J’irai me réfugier dans un moulin et vous finirez par me tuer, et tout le monde se sentira coupable et ce sera bien cool.

Publicités

61 réflexions sur “American Horror Story : ça vaut le coup ou pas ?

  1. Pingback: American Horror Story: Asylum : dans les coulisses de la saison 2 | Le Blog Horreur

  2. Franchement, vue hier soir saison 1, c’est l’horreur pour l’horreur! Un scénario compliqué, des personnages caricaturaux, on est loin bien loin de shining ou l’exorciste hein! Le frisson n’est pas la au rendez vous, c’est même rigolo avec cet amoncellement de meurtres et d’emmerdes  » téléphonées pour ce pauvre psy!

  3. En même temps si au bout de trois épisodes sa tiens pas la route….j’ai regarder deux épisodes a la volée… N’avait rien compris!j’ai pourtant envie de comprendre (épisode avec lady gaga)
    En TT cas j’aime bien’ ton style d’écriture.
    Mais c’est maintenant que plusieurs saisons sont de la partie que j’aimerai ton analyse

  4. Salut,j’aimerais savoir une petite précision sur American Horror Story : c’est au moins de 12 ans ou de 16 ans ? Parce que sur les coffrets regroupant les différentes saisons,il y a parfois marqué que c’est au moins de 12 ans et parfois les gens disent que c’est au moins de 16 ans . J’aimerais savoir car cela fait une grosse marge entre dire que c’est pour les -12 ans et pour les -16 ans !
    Merci d’avance.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s