Fais-Moi Peur : L’Histoire de la ténébreuse musique

402

Comme vous le savez, je suis une grande passionnée de la saga littéraire Chair de Poule et de tous ses dérivés. Ce que vous ne savez peut-être pas, c’est que cette passion s’étant à tous les programmes et les livres surfant sur le thème de l’horreur et adressés aux jeunes ados – Spooksville, Horrorland, toute la collection Point Horror, Fear Street, The Haunting Hour, Nightmare Hall… la liste est (dieu merci) bien longue.

Ça a évidemment commencé quand j’avais l’âge de consommer tout ça et que l’accès à l’horreur pour adultes m’était limité, mais ça ne s’est jamais vraiment arrêté – et en ce moment, je suis en plein dans une grosse vague de nostalgie qui me pousse à lire deux livres par jour et à laisser des vieux épisodes tourner toute la journée pendant que je travaille.

Récemment, j’ai donc décidé de me refaire toute la série Fais-Moi Peur en arrière-plan pendant mes séances de boulot. J’en gardais un souvenir assez cool, persuadée de n’avoir été traumatisée que par le générique et de n’avoir jamais ne serait-ce que sursauté devant un épisode. Mais ça, c’est parce que mon cerveau a voulu m’épargner le traumatisme de trop, celui qui m’aurait fait basculer quand j’étais enfant et dont je ne serais jamais revenue indemne.

Car il existe un épisode de Fais-Moi Peur qui fait vraiment peur. Cet épisode, je l’ai vu quand j’étais gamine, puis je l’ai sagement occulté pour pouvoir continuer à dormir la nuit et parce que j’étais trop occupée à rêver du pantin maléfique de Chair de Poule pour me rajouter un trauma dont je n’arriverais jamais à me débarrasser. Cet épisode s’intitule L’Histoire de la ténébreuse musique, et depuis que je l’ai revu, je n’arrête pas d’y repenser.

Mais avant de vous en parler, je vais vous raconter encore un peu ma vie. Quand j’étais au collège, j’avais pour habitude de m’enfermer dans petit un escalier qui menait vers le gymnase avec deux copines à moi. On attendait que la lumière s’éteigne, et on jouait à se faire peur, on se racontait des histoires horribles, on imaginait les pires scénarios, jusqu’à ce qu’un surveillant alerté par les bruits nous ordonne de retourner dans la cour.

C’est dans cet escalier qu’une de mes copines m’a raconté l’histoire de la poupée hantée (j’avais un faible pour toutes les histoires de jouets maléfiques, c’était ce qui me faisait le plus peur au monde). Dans cette histoire, une petite fille qui venait d’emménager dans une nouvelle maison découvrait une belle poupée de porcelaine dans le cellier. Son premier réflexe fut évidemment de l’attraper pour l’emmener dans sa chambre, mais la poupée lui fit comprendre très clairement que sa place était ici et que si elle voulait jouer avec elle, c’était à elle de se déplacer.

La suite est un peu confuse mais d’après mes souvenirs, la petite fille entendait régulièrement la poupée l’appeler la nuit pour l’inciter à venir jouer avec elle. Elle était comme hypnotisée, forcée d’aller jouer avec cette drôle de poupée sévère dans sa cave pour ne pas la vexer. Jusqu’à ce que sa nature se révèle et qu’elle tue tout le monde. En gros. J’avais onze ans hein, c’est lointain.

Bref, retour à nos moutons.

Il y a quelques jours, alors que j’étais sagement en train de travailler (traîner sur Pinterest) devant des épisodes de Fais-Moi Peur, je me suis donc retrouvée face à L’Histoire de la ténébreuse musique. Et là, surprise : non seulement ça a fait réapparaître un des pires traumatismes de mon enfance, mais ça m’a également permis de réaliser que ma copine s’était très largement inspirée de cet épisode pour me raconter cette histoire qui m’a empêchée de dormir pendant des semaines.

Coup de bol pour vous, j’ai donc l’épisode sous la main (en V.O.) et vous allez pouvoir en profiter vous aussi, parce qu’il y a pas de raison que je sois la seule à flipper, merci bien.

Je sais pas vous, mais moi cette poupée géante qui veut jouer et qui rentre dans sa cabane en hurlant dès que la musique s’arrête, ça me fout LES BOULES.

Publicités

4 réflexions sur “Fais-Moi Peur : L’Histoire de la ténébreuse musique

  1. Haha ! Comme toi je suis dans une phase de nostalgie , sauf que de mon coté c’est Chair de Poule qui passe en fond pendant que je bidouille . Va falloir que je me repenche sur les Fais Moi Peur aussi 🙂 ( & sur tous les autres que tu a cité en début d’article , ça m’intrigue cette affaire ) .

  2. Alors, ça doit être le fait que je n’ai pas connu ce genre de série dans mon enfance, mais j’ai plutôt trouvé ça mignon moi… Je pense que prendre un épisode à part ça a mis en avant les jeux d’acteurs et l’esthétique kitsch. Mais du coup, j’ai bien aimé, mais j’ai pas eu peur… Et ça me rend triste de dire ça, j’avais envie d’être traumatisée ce soir… ):

  3. Pas mal en effet! Quand j’étais petite je trouvais que « Fais-moi peur » ne faisait pas peur! (sauf le générique on est d’accord!) Mais si j’avais vu cet épisode là à 8 ans j’aurai sans doute changé d’avis héhé! ;P

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s