Monsters – (L’Étrange Festival)

« Monsters »

Réalisé par Gareth Edwards

Ouuuuh le film qu’on attendait tous ! Que vous attendez encore pour la plupart d’entre vous ! Ouuuuh la grosse déception latérale en pleine face ! Pour une fois, je ne m’attendais à rien. J’ai bien retenu la leçon et j’ai arrêté de me faire des idées dans tous les sens sur des films que je n’ai pas encore vus. J’y suis allée l’esprit vierge de toute attente, même si j’ai vaguement entendu dire qu’on avait là le successeur de District 9 et le film qui allait mettre un uppercut à Cloverfield, alors forcément, la déception était inévitable.

Lorsque la NASA découvre une possible forme de vie extra-terrestre dans notre système solaire, une sonde est envoyée pour prélever des échantillons. Mais son retour ne se passe pas comme prévu, et la sonde se désintègre au dessus du Mexique. Bientôt, de nouvelles formes de vie commencent à apparaître. Et le film se déroule six ans plus tard, dans un monde où l’on tente de contenir ces nouvelles créatures dans une zone protégée afin d’éviter leur propagation. Le reste du film tourne autour d’un reporter et de la fille de son patron, qui, coincés en amérique du sud, tentent par tous les moyens de rejoindre le sol Etats-Unien. Et j’insiste sur ce point, ne partez pas en espérant voir un film avec des créatures qui détruisent des villes entières et terrorisent l’espèce humaine. C’est la relation entre Samantha et Andrew qui fait office de personnage principal. Alors même sans attentes particulières, difficile de ne pas être un peu déçu.

Les créatures sont présentes, mais – à mon goût – pas assez. En sortant de la séance j’ai entendu des gens chanter les louanges du film, certains en sont sortis bouleversés, avec des étoiles dans les yeux et d’autres protester violemment contre l’arnaque à laquelle ils venaient d’assister. Je me situe un peu entre les deux, car si je n’ai pas détesté le film, je ne l’ai pas particulièrement apprécié non plus. Pour un film au budget si réduit, il est clair que la performance est remarquable, mais on ne peut baser son avis sur un élément aussi bancal.Le jeu des acteurs est impeccable, et la relation entre Whitney Able et Scoot McNairy est d’autant plus crédible que les deux acteurs sont en couple dans la vie. Mais le personnage de Samantha m’a profondément dérangée. Elle est parfaite, elle ne fait pas une vague et ne semble avoir absolument aucun défaut. Après en avoir discuté avec d’autres personnes présentes pour la séance, je me suis aperçue que je n’étais pas du tout la seule à l’avoir remarqué. Et trop de perfection tue la perfection. Le personnage de Scoot McNairy en revanche, est exécrable, mais sait évoluer. Ce qu’on ne voit pas chez Sam, qui reste la même du début à la fin.

Plus un road-movie sentimental qu’un film d’aliens, Monsters va continuer à décevoir et à ravir les spectateurs après sa sortie, et comme avec Rubber, créera deux clans : les pour et les contre. Et comme pour Rubber, considérez-moi comme la Suisse. Et vu que le film ne sortira pas avant le mois de décembre 2010, je préfère ne pas trop en dire. Mais sachez que je ne suis pas du tout convaincue. On passe tout le film à attendre quelque chose qui ne vient jamais, et ça n’a pas trop joué en la faveur du film qui, je pense, a été très mal vendu. Et puis mon radar à incohérences n’a pas arrêté de s’affoler, alors ça non plus, ça n’aide pas.

Publicités

5 réflexions sur “Monsters – (L’Étrange Festival)

  1. Un peu hors sujet mais encore une fois, je trouve la photo du film magnifique oO
    Sans parler du poster…
    ‘pis le film m’intrigue un peu.. donc j’irais le voir 😀

    « On passe tout le film à attendre quelque chose qui ne vient jamais », est ce que tu penses un peu la même chose pour Proie ou c’est différent ?

  2. Ah oui tiens, c’est assez proche de Proie comme sentiment, mais en moins grave quand même. Monsters possède beaucoup de points positifs que Proie n’approche même pas un peu.

  3. Vu aujourd’hui à Strasbourg : un mélange jouissif de Apocalypse Now, New York Miami (Capra), Predator, The Mist, The Road, Jurassic Park, mais pas du tout cloverfield (et heureusement, quelle daube ce film-là).
    Tout en finesse, toujours inattendu, charmeur, des acteurs impécables, tous, des décors magnifiques, effets spéciaux invisibles (pour moi en tout cas) et toujours extrêmement pertinent?.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s