V/H/S : la bande-annonce

Découvrez la bande-annonce de V/H/S, une anthologie de found footage rassemblant cinq histoires toutes plus glauques les unes que les autres, réalisées par les nouveaux espoirs du genre.

Attendez une minute, je fais la danse du chiot excité et je reviens.

Avant toute chose, sachez que l’intérêt que la plupart de la communauté porte au film V/H/S tient en deux points :

  1. Il a été produit, entre autres, par Brad Miska, grand gourou de Bloody Disgusting, l’une des plus grosses machines américaines de la presse spécialisée en ligne – en gros, c’est comme si on te disait que c’était produit par ton cousin, à ce stade. (dans le sens où « nous sommes une grande et belle famiiiille, weeeee ! »… ok c’est p’tet juste moi). Pour plus de détails sur l’histoire, allez donc lire ça.
  2. Il s’agit d’une anthologie de found footage, avec des histoires réalisées par Ti West (House of the Devil, The Innkeepers), Adam Wingard (A Horrible Way to Die, You’re Next), David Bruckner (The Signal), Glenn McQuaid (I Sell the Dead) ou encore Joe Swanberg (Silver Bullets). Du beau monde, en somme. J’attends quand même Adam Wingard au tournant, parce que j’ai sacrément détesté A Horrible Way to Die, contrairement à 95% des gens d’ailleurs. Ça devait être trop artsy pour moi.

Et, j’insiste à nouveau sur ces deux termes : anthologie + found footage. En gros, il en fallait pas beaucoup plus pour me convaincre. Plus de détails quand même pour ceux qui auraient besoin d’arguments plus solides : un groupe de criminels à la petite semaine (toujours rêvé d’écrire ça) engagé par une mystérieuse personne (groupe ? duo maléfique ? on ne sait pas) est chargé de retrouver une cassette vidéo dans une vieille maison abandonnée au milieu de nulle part. Très vite, ils réalisent que la tâche se révèle plus ardue que ce qu’ils avaient prévu au départ… Un cadavre est retrouvé au milieu d’une pièce, entouré d’écrans de télés et de dizaines et de dizaines de cassettes vidéos. En cherchant la bonne cassette, ils se retrouvent à visionner des vidéos toutes plus horribles les unes que les autres… C’est donc plusieurs films de found footage dans un gros film de found footage, quoi. Metaaaaaa.

Et le trailer est enfin arrivé, alors je vous laisse regarder ça et on en reparle après tranquillement.

 

Alors, alors…

C’est marrant comme j’ai plein de trucs à dire mais que je sais pas par où commencer… Déjà : quel putain de bordel. Ensuite : quel putain de gros bordel sa mère. Et pour finir : j’ai pas tout compris. Mais en gros, on a de l’activité paranormale (hohoho), du démon bizarre, du snuff movie, du… truc bizarre et je sais pas trop quoi encore j’ai pas tout suivi. En gros, ça peut être soit maxi putain de cool, soit totalement bordélique et fourre-tout et n’importe quoi.

Les premières critiques sont plutôt élogieuses, mais elles viennent de gens qui font entièrement partie de la communauté US des blogueurs et journalistes horreur, alors je suis pas tout à fait sûre que ça reste fiable. Je dis pas qu’ils mentent hein, mais quand c’est ton meilleur pote ou un mec que tu kiffes vraiment qui sort un truc, t’as peut-être tendance à perdre deux droits degrés de recul sur la chose. Cette grande gueule de Scott Weinberg a, semble-t-il, beaucoup aimé, et Britt Hayes soulève quelques points intéressants sur Brutal as Hell en entamant sa revue par une petite référence à Cabin in the Woods – mais ça reste insuffisant pour que je puisse répondre à la question « est-ce que ça m’intrigue vraiment, ou est-ce que je suis pas trop trop sûre sur ce coup là ? ».

Ouais, beaucoup de questions pour une pauvre bande-annonce, mais ça fait des mois que je l’attends alors j’ai le droit d’en faire une dissertation si je veux. Et vous alors dans tout ça, qu’en dites-vous ? 

De toute façon, ça sortira probablement pas en France alors on peut toujours disserter sur le sujet hein, ça nous fera pas de mal en attendant.