Le Guerrier Silencieux – (L’Étrange Festival)

« Le Guerrier Silencieux »

Réalisé par Nicolas Winding Refn

Dans la lignée des films que j’aurais vraiment aimé apprécier mais que malgré toute bonne volonté de ma part, y a pas moyen, Le Guerrier Silencieux remporte la palme. Je dois vous faire un aveu avant toute chose : pour la première fois de toute ma vie, je me suis endormie au cinéma. Même devant un divx pourri je n’avais jamais réussi à m’endormir complètement. Mettre le film sur pause le temps d’une sieste, oui, mais m’endormir comme une merde sur fond de son surround, ça c’est une première. D’accord, j’étais déjà fatiguée en rentrant dans la salle, mais ça ne m’a pas empêchée d’apprécier les deux films d’après… Grosse grosse déception.

Le Guerrier Silencieux, c’est l’histoire d’un guerrier, qui est silencieux. Hahahaha. Non, c’est l’histoire d’un guerrier borgne et muet (mais avec un certain sex appeal) esclave d’une bande de vikings pas beaucoup plus bavards que lui, pour lesquels il se bat sans jamais connaître de défaite. Malgré le fait de n’avoir qu’un oeil et d’être enchainé à un poteau. Du bon gros viking de compèt à qui il faut pas la faire à l’envers. Il parvient évidemment à s’échapper, emmenant dans sa course un petit garçon qui lui servira plus tard d’interprète. Pour la suite, impossible de vous faire un résumé qui tienne la route. Après un début prometteur, Le Guerrier Silencieux évolue en une fresque certes sublime, mais d’une lenteur, peut-être artistique, qui dépasse mes compétences de simple spectatrice. Il se peut que le film soit bien trop subtil pour mon esprit barbare et que le sens m’échappe – probablement à cause des nombreuses micro-siestes dont je me suis délectée tout au long de la séance. D’ailleurs, la nana assise à côté de moi ronflait sec elle aussi, mais pendant la totalité du film – elle a dû lâcher l’affaire dans la première demi-heure. Peut-être qu’en court ou moyen métrage j’aurais plus apprécié le résultat, mais les longueurs ont bien failli me tuer (j’aurais très bien pu me faire le coup du lapin à force de sombrer brutalement dans le coma comme ça pendant tout le film).

J’insiste cependant sur le côté esthétique du film parce que du début à la fin, tout est magnifique, il n’y a pas un plan qui déconne, le tout est dégoulinant de perfection. Jamais je n’avais vu quelque chose d’aussi beau et d’aussi chiant en même temps. Mais vraiment, tout est à couper le souffle tant c’est beau. Mais comme me l’a fait remarquer mon ami Personne, c’est comme si on t’apportait un plat extraordinaire, un festin entier, avec des assiettes pleines de choses sublimes – et qu’au final ça n’avait pas de goût. Comme si tu mangeais à t’en péter le bide mais que tu restais complètement vide. C’est super beau, mais c’est vide. Pourtant, c’est Alejandro Jodorowsky qui a tenu à présenter ce film au festival, et il nous en a fait l’éloge lors de la présentation, avec le réalisateur à ses côtés (je les soupçonne de fricoter en secret, ils étaient à deux doigts de se rouler une pelle entre deux compliments).

J’avais peut-être tort de m’attendre à une grande épopée viking, mais même si je ne m’étais attendue à rien, je sais que j’aurais été profondément déçue. Et au final, même la beauté des plans ne suffit plus, elle paraît répétitive et exagérée, lassante, et toujours vide, vide, vide. On a capté que les cadrages dans les angles ça pouvait donner un effet stylé, mais tout un film calé comme ça entre trois montagnes étouffantes, ça finit par saouler un peu. Et (petit spoiler) si Winding Refn compte me faire croire qu’on peut arriver jusqu’en Amérique à bord d’une barque en buvant de l’eau salée qui tue, désolée mais ça ne prend pas.

Le Guerrier Silencieux en a envoûté un paquet. Lorsqu’avant la séance on nous a demandé si on avait déjà vu le film, une dizaine de mains se sont levées dans la salle, preuve qu’on peut l’aimer au point d’aller le revoir. En ce qui me concerne, je n’arrive vraiment pas à comprendre à quoi on peut bien s’accrocher devant un tel film. Je n’ai pas cessé de glisser, j’ai tenté de tenir bon pendant 1h30 (j’ai eu l’impression de lutter pendant 14 millions d’années) mais il m’a été totalement impossible de rentrer dans l’histoire (quelle histoire je vous prie ?). Alors comme je le disais, peut-être est-ce à cause de mon manque de subtilité, quelque chose m’a peut-être échappé, mais j’ai pas tellement envie de courir après pour comprendre ce que c’est.

Bande-annonce :

Publicités

5 réflexions sur “Le Guerrier Silencieux – (L’Étrange Festival)

  1. AAAAAAAAAAAhh comment ca me fait trop plaisir !!!

    J’ai cru être une alien avec mon frère ! on s’est vu ce film car n’ayant pas les mêmes gouts cinématographiques, quand on fait des soirées ensemble on fait chacun des compromis, du coup un peut de FX pour moi et du bourrin barbare, vicking ou moyen-ageux pour lui.
    Ben quelle ne fut pas notre déception !

    Je crois que dans tout le film on doit comptabiliser 15 minutes de dialogues, dont 10 min dé répétitions quand ils sont dans leur « barque » dans le brouillard…
    Ce découpage en chapitre nous a permit de rire, je lui ai dis « tu vas voir, ca va saigner au chapitre 10 » en rigolant… ben j’ai presque eu juste…presque dans le sens où y a quasi 10 chapitres, mais faux dans le sens où ca bouge jamais !!

    Alors ouai le mec a du sex appeal j’approuve, et le film a des décors somptueux, mais y a rien de plus !
    C’est la première fois où il se passe plus de trucs dans le synopsis que dans le film lui même !
    Et sur le net j’ai trouvé des tas de critiques plus longues qu’il ne faudrait pour expliquer ce chef d’œuvre mémorable, meilleur film du siècle avec genre des combats effroyables de cruauté…

    J’ai eu des vickings qui savaient pas naviguer (lol), et pas l’ombre d’un Walhalla… décevant à souhait :/

    ((sinon, j’ai vu sur les conseils d’un ami « A serbian movie », je sais pas si tu l’as vu, il me l’a servi avec un « j’ai vu le film le plus gore du siècle ». Vu que je suis plutôt fan de tes critiques, jme demandais ce que tu pourrais en dire 😀 ))

  2. @Milou : je refuse de voir A Serbian Film parce que la violence extrême c’est pas trop ma tasse de thé (bien qu’il passe au festival, mais sur grand écran, MEME PAS LA PEINE MES AMIS). Peut-être qu’un jour sur mon PC avec le doigt braqué sur « pause » et de grandes inspirations, pourquoi pas… mais je ne suis pas encore prête haha.

    @Personne : WORD.

  3. Je l’ai vu sur mon écran de pc 😀
    J’étais prete pour le pire, finalement il est pas viendu, c’est plus une violence psychologique qu’une violence visuelle, parce qu’on comprends plus qu’on ne voit (j’ai failli vomir devant Saw 2 mais pas devant ca). Mais perso, a la fin, jme suis dis que c’était juste un déballage d’horreurs (que pour une scène au milieu du film tu te dis que le mec qui y a pensé devrait se faire soigner et pas rester en liberté) mais qui n’a aucun but…

    M’enfin c’est du Hors sujet pardon :S

    Le guerrier silencieux…film silencieux 😉

  4. Alors moi j’aime bien les scénarios de film d’horreur mais la plupart du temps je peux pas les regarder je rentre trop dans le film :s

    par contre ce film m’intéresse j’adore ceux dont la photographie est travaillée et j’aime bien Mads Mikkelsen, je trouve que c’est plutôt un bon acteur 🙂

    je me laisserais peut-être tenter alors !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s