Le Retour des Morts Vivants II (1988)

Le Retour des Morts Vivants II, réalisé par Ken Wiederhorn et suite du cultissime Retour des Morts Vivants de 1985, reprend exactement le même scénario que son aîné… avec un résultat un peu moins satisfaisant.

Rappel important : Le Retour des Morts Vivants est un putain de chef-d’oeuvre. Si vous êtes pas d’accord, c’est que vous voulez la bagarre. En ce qui concerne Le Retour des Morts Vivants II, là, ça peut s’discuter. Le film de Ken Wiederhorn est très, très loin d’atteindre le niveau du premier volet – mais il a su en garder un peu l’esprit, ce qui le rend totalement appréciable.

Dans cette suite un peu faiblarde, la contamination est causée par des gamins trop curieux qui sont allés tripoter des bidons abandonnés par l’armée – les mêmes que ceux retrouvés dans Le Retour des Morts Vivants (à croire qu’on s’éclate bien dans l’armée, on balance ses bidons radioactifs tout partout dans les zétazunis, c’est comme Pâques en moins bon). Petit détail à la fois cool et perturbant : on retrouve, parmi les personnages principaux, le même binôme que dans le premier volet, composé des acteurs James Karen et Thom Mathews. Dans Le Retour des Morts Vivants, ils incarnaient Frank et Freddy, qui bossaient dans un entrepôt de matériel médical – ici, ils incarnent Ed et Joey, deux pilleurs de tombes. Les deux mêmes acteurs, qui jouent des personnages différents mais à la fois très proches des précédents et qui refont exactement le même parcours, vous avouerez que niveau originalité, ça se pose. Ils se permettent même de faire la petite vanne du « dis donc Ed, j’ai comme l’impression d’avoir déjà vécu cette scène, hohoho« . Et ils vont jusqu’à reprendre plusieurs dialogues absolument identiques au premier volet. Magique.

Pour continuer sur le casting, on retrouve également la belle gueule de Dana Ashbrook dans le rôle de Tom, que vous connaissez probablement pour l’avoir vu dans Twin Peaks dans la peau de l’insupportable Bobby Briggs (je suis d’ailleurs un peu tombée de ma chaise on constatant qu’il ressemblait désormais à ça).

Bref. Dans Le Retour des Morts Vivants II, après que deux gamins un peu cons aient trifouillé les fameux bidons et que le gaz toxique se soit répandu sur la ville, le cimetière se retrouve labouré par une armée de cadavres fraîchement revenus à la vie. D’ailleurs, la scène où l’on voit tous les morts sortir de leurs tombes est tellement cool qu’on s’attendrait à voir débarquer Michael Jackson en plein milieu (mais c’est beaucoup plus tard qu’il finira par se pointer) (vous croyez que j’rigole ? grouillez-vous donc de mater le film, qu’on en parle). Ed, Joey, sa copine Brenda (un mauvais sosie de Juliette Lewis), Tom, le petit Jesse (un garçonnet fort courageux) et sa soeur Lucy, se retrouvent donc forcés de parcourir la ville à la recherche de quelqu’un qui pourrait éventuellement leur sauver les miches. Problème : l’armée a totalement évacué la ville (mais personne ne s’en est rendu compte), et ils n’ont pas énormément de moyen de communiquer avec l’extérieur.

Les zombies du Retour des Morts Vivants II restent fidèles à l’esprit du premier : ils gueulent toujours « Braaaaaiiiiiins ! », ils sont toujours visqueux et/ou caoutchouteux, un peu débilos, bavards pour certains, marchent comme des enfants ivres et sont inmourrables (la décapitation ou le lance-flammes ne vous seront d’aucune aide, c’est con hein ?). Ils sont grotesques, absolument pas menaçants et sont juste là pour nous faire marrer, pas pour nous faire mouiller nos pantalons – de toute façon, un zombie avec lequel tu peux jouer à 1, 2, 3, soleil ne peut pas être un mauvais zombie. Notez d’ailleurs, ça peut servir, que quand on met une patate dans la tête d’un zombie, ça fait du flubber. Au moins maintenant, vous saurez.

Le plus gros problème de cette suite, c’est son volume sonore. Ça gueule TOUT. LE. TEMPS. C’est principalement la faute de Brenda, la copine de Joey, qui passe tout le film à hurler – et comme elle a une voix haut perchée de base, elle passe tout le film à nous vriller les tympans. C’est évidemment fait pour ajouter au côté caricatural du film, ça gueule, ça saute sur place avec les mains en l’air en secouant la tête, ça gigote dans tous les sens – bref, ça panique à mort, mais pendant tout le film. Du coup, au bout de trois scènes de panique, j’avais juste envie de jeter ma télé par la fenêtre en leur hurlant tous de fermer leurs gueules avant de m’exiler au Pôle Nord pour vivre dans un igloo insonorisé. En dehors de ce détail fort désagréable (qui, en plus, ne dérangera pas tout le monde), Le Retour des Morts Vivants II n’est pas fondamentalement désagréable à regarder. Ce n’est pas le genre de film qui nous demande de prendre sur nous pour aller jusqu’au bout. Il se laisse regarder tout seul.

Le truc, c’est qu’il est quand même sacrément vide, par rapport au premier. Le Retour des Morts Vivants était blindé de personnages hauts en couleurs, qu’on prenait plaisir à voir galérer, pour lesquels on ressentait parfois un peu de compassion. Dans le cas du 2, ça devient tout de suite vachement plus compliqué de s’attacher à qui que ce soit. Ed et Joey nous paraissent tellement familiers que pour eux, ça passe tout seul, mais pour les autres, c’est une autre paire de manches (note : c’est la première fois de ma vie que j’utilise cette expression obsolète, j’en suis toute émue). Des personnages sans charisme qui passent plus de temps à nous taper sur les nerfs, on a connu mieux, même dans les pires séries Z.

Et, le détail un peu con quand on parle de films de zombies : il n’y a que très peu d’attaques, environ 500ml de sang au total et pas de gore du tout. Alors autant, quand les réalisateurs en font trop et balancent 600 litres de sang, 37 kg de tripes et boyaux et 1 tonne de bouillie de cerveau, ça a tendance à m’agacer (j’ai l’estomac fragile, ça arrive) – autant là… tout n’est que frustration. Ils ont gardé le bruitage magnifique façon « je croque dans une pomme » quand les zombies croquent dans les têtes des gens, mais bizarrement leur première bouchée ressemble à tout sauf à ce qui pourrait bien se trouver dans une tête humaine.

Mais du coup, ça en fait un film facile à regarder pour les plus novices – si jamais vous voulez passer une soirée zombies avec quelqu’un qui n’est pas habitué à voir de la tripaille voler dans tous les sens, Le Retour des Morts Vivants II pourrait être un bon compromis.

Bon, après tous ces « mais », je conclurai en disant simplement que ce film n’est pas totalement à jeter, qu’on passe quand même un bon moment en le regardant (parce que c’est drôle) (même si ça fait beaucoup trop de bruit pour mes tympans de mamie) donc ne le fuyez pas, tentez le coup.

Publicités

4 réflexions sur “Le Retour des Morts Vivants II (1988)

  1. Ouai le plaisir de retrouver nos deux UBER RELOUs préférés (moins hystériques que dans le 1er, dommage) mais après Le Tarman est vraiment 50x plus moisi que dans l’original et la même pour un zombie c’est pas flatteur…

    ci-joint piti pics de mon édition z1 de ROTLD 1 avec silvouplay la jaquette qui glow dans tes roupettes!!!
    (en fait je le savais pas, une nuit je vois une espèce de forme verdâtre me toiser, slimer? Casper? Et bien non c’était juste un bête boitier dvd^^)

    ->http://img406.imageshack.us/img406/6760/p1040586i.jpg

    je reconnais une certain propension a me mettre un peu trop en scène, mais bon quand on est mâché, on est mâché!

  2. Mandy,
    Je dois premièrement t’avouer que j’ai une sainte horreur et peur des films d’angoisse, d’horreur ou autre slasher. Va savoir, depuis que je suis petite je suis une chochotte et je n’aime pas du tout me faire peur.
    Mais je prends un plaisir immense à lire ton site et tes reviews.
    Je me dis qu’il faut parfois être un peu barge pour oser pondre des scénarios aussi violents, dérangeants ou juste dégueulasses.
    Mais bref. Tout ça pour dire que non, tu ne me convertiras pas aux films d’horreur. Je continuerai de visiter le site pour tes critiques qui me font mourir de rire cependant. 🙂

  3. Les zombies et moi, ça fait deux et je crois que ça sera toujours comme ça. C’est vraiment quelque chose qui me fait flipper, mais à un point. Même en les regardant le jour, quand le soir arrive, je flippe des masses. Pour être encore plus précis pour ma trouille des zombies, après une soirée chez des amis, il était 3-4h du mat, je rentrais dans ma cambrousse, il y avait un peu de brume, des chemins deserts. Bah, j’ai grave eu peur qu’un zombie apparence en plein milieu de la route.
    En plus à cette époque, j’avais un vieux portail tout rouillé qu’il fallait soulever. J’ai cru que j’allais pisser dans ma culotte.

    Malgré ça, je suis une curieuse et j’aime regarder pour donner mon avis (de trouillarde!). Donc j’ai regarder les deux films (qui a l’époque m’empêchaient de dormir pendant plus d’une semaine). Je dois dire que je pense comme toi. J’ai même failli arrêter le film à cause de l’autre dinde de Brenda qui hurle (je l’ai regardé en VO). Même Ed et Joey commençaient à me gonfler. On assiste à la même chose qu’au premier, même Tarman est mieux dans le premier.
    La scène que je déteste dans le 2, c’est quand ils bouffent dans l’animalerie. Désolée, je suis comme ça, j’aime trop les animaux (et pourtant très carnivore), j’ai horreur qu’on les touche dans les films. J’ai adoré la scène finale avec la tête et le lance flamme.

    Bref… On a envie de passer le temps et de rire des survivants parce que parfois, ils ne sont pas très fufutes. « Tiens, je vois des gens, je vais leur faire coucou », « Oups, c’est des zombies ». J’aime beaucoup les zombies qui demandent aux gens de venir. ça m’a fait bizarre de voir un zombie parler. On a vraiment une variété de zombie dans les films.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s