Revue: Esther

« Esther »

Réalisé par Jaume Collet-Serra

poster

En allant voir Esther, j’étais déjà prête à ne pas être emballée (c’est dingue le nombre de revues que je commence comme ça). D’une, parce que le trailer ne m’avait pas mise plus en appétit que ça et de deux parce que je suis accidentellement tombée sur un spoiler, donc j’en connaissais déjà la fin. Et en plus, Monsieur Jaume Collet-Serra n’avait signé que deux films avant ça : La Maison de Cire (oui, celui avec Paris Hilton) et Goal II : La Consécration… Pas évident pour partir du bon pied mais j’ai tenté le coup quand même. Et mon dieu mes amis, quelle baffe, mais quelle grosse baffasse dans ma gueule !

L’atmosphère lourde et étouffante du film est présente dès les premières minutes, avec le cauchemar de Kate (Vera Farmiga qui, au passage, avait déjà donné dans la catégorie enfants maléfiques dans Joshua, à voir également) – femmes de ce monde, si vous n’avez pas encore peur d’être enceinte, ça va venir. J’ai un gros traumatisme à ce niveau là, qui fait que j’ai toujours rêvé non pas de concevoir mais d’adopter un enfant. Là, je suis bien partie pour vivre seule dans un bunker pour le restant de mes jours, merci.

Kate et John ont surmonté pas mal d’épreuves – entre l’alcoolisme de l’une, les tromperies de l’autre et la perte récente d’un enfant alors qu’il était encore dans le ventre de sa mère, pas évident de recoller les morceaux. Malgré leurs deux enfants, Daniel et Maxine (cette dernière étant sourde), le couple décide d’adopter un troisième marmot pour, je cite, lui donner l’amour que Jessica, leur bébé mort, aurait dû recevoir. C’est alors qu’ils font la connaissance d’Esther, une petite fille de 9 ans incroyablement mature pour son âge et qui semble venir tout droit d’une autre époque (ambiance Les Malheurs de Sophie assurée). Esther est née en Russie et la famille qui l’a adoptée aux États-Unis a péri dans un incendie – faisant d’elle une double-orpheline en fait. Et depuis sont arrivée chez les Coleman, tout part en sucette, mettant en péril la reconstruction de la famille.

19147589-r_760_x-f_jpg-q_x-20090730_011749

Le thème des enfants diaboliques n’est pas rare au cinéma, et il a mille visages : possession, maladie, mutations, ou encore « petit enfant tout mignon qui s’avère être le fils de Lucifer », à vous de choisir. D’ailleurs, le rôle joué par Vera Farmiga est extrêmement semblable à celui qu’elle jouait dans Joshua : une femme fragile émotionnellement qui peine à (re)gagner la confiance de son entourage. Kate capte vite le petit manège d’Esther, mais qui soupçonnerait une jolie petite princesse enrubannée de vouloir du mal à qui que ce soit ? Le fait d’être spectateur rend l’expérience d’autant plus douloureuse et frustrante, Esther fait partie de ces films qui donnent envie de hurler à l’écran « MAIS PUTAIN VOUS ÊTES TOUS DÉBILES OU QUOI ?! » toutes les 40 secondes. Autre détail important : nous autres amateurs de films d’horreur avons appris avec le temps à être tolérants au niveau des acteurs, c’est un genre dans lequel on distribue peu d’oscars. Or ici nous assistons à des performances incroyables, notamment de la part de Vera (oui non mais en fait faut savoir que je suis amoureuse de cette actrice) mais surtout d’Isabelle Fuhrman âgée d’à peine douze ans, impressionnante dans le rôle de cette horrible gamine. Plus le personnage se dévoile, plus son talent saute aux yeux. Et j’ajouterai une mention spéciale pour Aryana Engineer, huit ans et malentendante aussi dans la vraie vie, et accessoirement élue par moi-même petite fille la plus mignonne du monde entier. C’est d’ailleurs son tout premier rôle.

19191709-r_760_x-f_jpg-q_x-20091030_044353

Pour un film à l’esthétique soignée, quelques longueurs sont parfois nécessaires, mais franchement les deux heures sont loin d’être une torture insurmontable. Ce qui est dur c’est, comme dit plus haut, d’assister à la dégradation de la famille Coleman. Jamais de toute ma vie je n’ai eu autant envie de frapper des enfants, et ça vaut pour Esther comme pour ses petits camarades qui se foutent de sa gueule. Mais bon, très vite y en a plus que pour elle, difficile de rester calme quand on la voit malmener la petite Max (Daniel on s’en fout il m’énervait de toute façon). Bon, et quelques tartes pour John au passage aussi, t’avais qu’à faire confiance à ta femme, boulet va !

19191710-r_760_x-f_jpg-q_x-20091030_044354

Comme je suis une gentille fille, je ne dirai rien sur la fin, je ne sais pas si on peut la deviner en cours de route vu que je n’ai pas eu la chance de le découvrir par moi-même donc je ne peux pas spéculer sur le pourcentage de réussite du twist final. Mais la vie est ainsi faite, et si après avoir vu le film vous ne sursautez pas à la vue d’une petite fille modèle, c’est que… bah peut-être que ça veut simplement dire que c’est moi la mauviette. Soit. J’assume : Esther me fait peur, Esther me dégoûte, et à l’avenir, si un enfant parle avec un accent russe à proximité de ma personne, je ne réponds plus de rien.

(je soupçonne monsieur Collet-Serra d’avoir passé un pacte avec le diable pour connaître la gloire)

Et si vous aimez les enfants qui font peur, je vous remets le lien de mon dossier spécial Pédophobie d’Halloween, comme ça vous pourrez faire le plein et nous nous soutiendrons dans notre lutte contre la fertilité.

Publicités

18 réflexions sur “Revue: Esther

  1. ahaha  » Esther fait partie de ces films qui donnent envie de hurler à l’écran “MAIS PUTAIN VOUS ÊTES TOUS DÉBILES OU QUOI ?!” toutes les 40 secondes  » tellement !
    j’l’aurais bien tuée.
    pour la fin, j’ai commencé à deviner qu’a la fin , fin fin ..

  2. Idem qu’au dessus, une très désagréable sensation de frustration et de malaise tout le film, et la fin inattendue deviné qd les plus gros indices sont déjà donnés!
    J’avoue être aller voir ce film totalement par hasard, sans avoir vu la bande annonce ni rien, mais vraiment pas déçue, c’est un bon film d’horreur psychologique comme peu on réussi à me faire flipper!

  3. Pour ma part j’ai deviné la fin … Quand le film me l’a dit 😀
    Pas avant, … rien ne nous l’indique, j’ai pas vu d’indice (alors que je passe d’habitude à râler sur les films d’horreurs qui me disent trop vite la fin et m’empêchent donc d’avoir peur).

    Je plussoie pour la petite Maxine, trop choute!
    Je replusoie pour le « MAIS PUTAIN VOUS ÊTES TOUS DÉBILES OU QUOI ?! ».

  4. (je tiens juste à rappeler une petite chose : évitez de balancer la fin dans les commentaires, c’est pas très cool pour ceux qui tombent dessus… c’est pour ça que j’ai refusé les commentaires donnant les détails de la fin, pas par discrimination – mais pour éviter que le drame que j’ai vécu ne se reproduise… je suis là pour protéger les innocents.)

    (p’tain c’est bon j’ai toujours rêvé d’être un super-héros, laissez moi kiffer un peu ah ouais)

  5. C’est fou comme ton article est vrai. L’envie de tuer cette gamine ( pas si gamine que ça 😉 ) m’a pris tout le long. L’envie de claquer John et de l’envoyer dans un asile aussi. L’envie de taper les camarades qui se moquent d’elle au début aussi. Ce film fait remonter la violence humaine tout bien réfléchi! ( haha, je crois qu’il y a pas besoin de ça –« ) .
    Pour répondre à ta question, j’ai été choquée par la fin. Je ne m’en étais pas du tout douter… ( tant mieux, j’aurais encore eu plus envie de la buter ! ).
    Si seulement on pouvait avoir un enfant aussi mignon que la petite Maxime ( je ne doute pas que ça puisse arriver, mais les jeunes de nos jours sont plus difficiles, haha 😀 ). Avouons quand même que Daniel est peut-être énervant, mais il a un don pour Guitar Heroe, non ?
    J’ai été tout simplement traumatisée par ce film… J’ai encore des frissons quand on m’en parle. ( imagine ça t’arrive cette histoire ! Ouuuh la peureuse! ) Qu’est ce qu’il est bien quand même!

  6. L’idée de fin est bien trouvée, par contre la fin du flim en elle même est un peu cliché, mais bon.
    T’façon généralement j’aime pas les fins de flims c’est souvent décevant et nul, il faut boycotter les fins de flims et couper 15 minutes avant.

    Par contre sa mayre la petite Esther j’en suis tombée amoureuse. Belle comme tout et machiavélique comme une grosse bitch.
    Sa relation avec sa mère est juste terrifiante, ça m’a vaguement rappelé Rosemary’s Baby par moments, pour le coté « Seule contre tous » de la mère qui passe pour une folle alcoolique quand elle aimerait bien expliquer que vraiment, faut la croire, Esther, c’est rien qu’une grosse bitch.
    Et ce genre d’ambiance parano de descente aux enfers avec les gens qui ne te croient pas autour, ça me rend mal à l’aise au possible.

    Et je plussoie grandement l’élection de Max comme petite fille la plus choupi du monde.

    Et je reviendrais o/

  7. J’ai vu ce film hier soir et, OH MON DIEU cette gamine elle est horrible. J’en aurais fait des cauchemars, si je m’étais pas regardé un film mignon et joyeux juste après !
    La fin je l’ai pas du tout vu venir, une vraie surprise.
    Et Maxiiiiine, oh Maxiiiiiiine, j’en pleurais à chaque fois que je la voyais tellement elle est mignonne.

  8. oui ta trop raison moi aussi je trouve que aryana engineer est la plus mignone petite fille du monde entiers !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

  9. Ce film était excellent, la gamine me fait trop peur, elle gère son rôle … à mort !
    Je dois aussi avoué que l’actrice qui joue Maxie est trop mignonne. On peut l’adopter? ^^

  10. Moi j’avoue je suis fascinée par les gamins qui jouent de tels rôles, c’est bluffant de les voir jouer aussi bien, Esther, elle est flippante a mort.
    A la fin du film, je me suis dis que ses parents doivent la regarder d’un autre œil quand elle fait un caprice pour aller sur un manège 😀

    Pour la fin, je n’ai deviné que quand les indices sont devenu super évident, en fait j’ai du comprendre avec la maman.
    Il n’y avait que quelques trucs que j’avais deviné bien à l’avance, comme le coup du beau rosier, mais c’est du prévisible et ca n’empêche pas la méga suprise du twist final.

    Et quelle rage j’avais de voir a quel point le mari il n’écoute pas sa femme! Je venais de rompre et ca m’a aidé a pester sur tous les hommes !
    Bandes de connards !!! 😀

    Sinon, as-tu vu Dorothy ? je trouve la gamine albinos vraiment flippante aussi et le film dans l’ensemble je le conseillerais, surtout pour la fin. Enfin je le conseille vraiment, même plus qu’Esther.

  11. Oui non mais alors déjà que les enfants, je les portes pas spécialement dans mon coeur, mais alors les enfants albinos diaboliques, non merci. Dorothy m’a traumatisée !

  12.  » – I love you, Mummy !
    – I’M NOT YOUR FUCKING MUMMY ! »

    J’ai été voir ce film vraiment par hasard, je suis tellement une mauviette que je n’arrive pas à regarder des films d’horreur… Pour le coup, c’était une très bonne surprise, j’ai beaucoup aimé.
    Et personnellement, j’ai « deviné », disons plutôt soupçonné que vers la touuuute fin, et encore je me disais que j’étais un peu tordue de penser ça ahah !

    Enfin en tout cas, je le conseille vivement ! Mais par contre, je n’adopterai pas tout de suite, tout de suite… brr

  13. Ce film, c’était juste le meilleur que j’aie jamais vu (un film d’horreur qui traumatise pas =D).
    J’ai juste saoûlé toute la famille à hurler pendant 5 minutes « DANNY NAAAAAOOOOON » (et rebelote 15 minutes après xD) parce que OUI, j’étais une pro-Daniel, mua!

  14. J’ai adoré ce film , vraiment.
    En faite pour moi c’est plus un film « psycologique » qu’un film d’horreur.
    Franchement la fin , je m’y attendais vraiment pas x)
    Et les acteurs sont franchement géniaux surtout l’actrice qui joue le rôle d’Esther .
    Je conseille ce film 🙂 !!

  15. Pingback: The River, la série d'Oren Peli : bilan des deux premiers épisodes | Le Blog Horreur

  16. Je passe par là, je viens juste de découvrir ce blog, ma foi bien sympathique, et du coup je déterre des sujets datant de l’an 10. Mais je suis comme ça, je suis un fou. J’ai beaucoup aimé Esther, une très bonne surprise, l’ayant vu ne sachant pas vraiment à quoi m’y attendre, ce fut plutôt une agréable surprise. Je voulais surtout noté le génie de l’affiche, car oui cela tient du génie à mon sens. Cet illustration de la gamine parfaite, et à la fois très pertubante. Je me suis demandé qu’est ce qu’il y avait de si perturbant, et je viens de me rendre compte que cela vient justement de cette parfaite symétrie (littéralement, je veux dire que la partie de gauche est un copier coller numérique de celle de droite… ou peut être est-ce le contraire). Symétrie qui n’est pas du tout naturelle à nos yeux. Et c’est ça qui choque. Du coup BRAVO.

    Sinon bravo aussi à la tenancière de ce blog. Bonboulo.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s