Revue: Cry_Wolf

« Cry_Wolf »

Réalisé par Jeff Wadlow

(en fait le type a gagné un million de dollars lors d’une competition organisée par Chrysler grâce à un de ses court-métrages, et voilà ce qu’il a pondu avec son pactole)

cry_wolf

En ce qui concerne les films d’horreur, je suis pas regardante. Je suis prête à regarder tout et n’importe quoi, du plus obscure au plus commercial. Il m’en faut peu pour me convaincre d’essayer. Pour Cry_Wolf, j’ai même pas lu le résumé. Il m’a suffit de voir que Jared Padalecki était au casting et c’était réglé, je me suis jetée dessus (quand j’aime, je fais pas les choses à moitié moi, j’suis prête à tout j’vous dis). Je m’attendais à un slasher DTV de base à budget réduit, eh bah j’me suis un peu pris une claque. J’irai pas jusqu’à dire que c’est un pur chef-d’oeuvre, mais c’était une agréable surprise.

cry-wolf-3

Déjà, l’histoire vise un peu au-dessus du basique « je mets un couteau dans la main d’un tueur masqué très méchant et une bande d’ados libidineux à sa portée ». Petit nouveau dans une école privée pour gosses de riches, Owen (Julian Morris) prend vite sa place dans un petit groupe dirigé par la mystérieuse Dodger (Lindy Booth), une pro de la manipulation. La bande se retrouve dans une chapelle en pleine nuit pour jouer au jeu du Loup, qui consiste à désigner un loup au milieu des moutons, qui devra conserver son alibi aussi longtemps que possible et faire accuser tous les moutons sans se faire repérer. Très vite, une nouvelle se répand : un meurtre a eu lieu dans la forêt voisine, l’occasion rêvée pour toute cette volée de sales gosses de rendre leur jeu plus intéressant. Ils décident de créer un tueur en série de toutes pièces. Ils lui créent un nom, « The Wolf », un accoutrement de chasseur (masque de ski orange et veste militaire) et un passé bien chargé. Très vite la rumeur se propage. Mais leur petit canular se retourne contre eux lorsque quelqu’un prétendant être le vrai tueur commence à les faire tourner en bourrique…

2005_cry_wolf_017

Si vous vous attendez à voir un slasher débile où un cadavre tombe toutes les trois minutes, passez votre chemin. C’est exactement ce à quoi je m’attendais, je priais même pour que Tom (Jared Padalecki) ne crève pas en premier, pour le voir plus longtemps à l’écran. Ca joue sur le principe du whodunit (j’la fais en bilingue tavu) où on passe tout le film à se dire « Non mais obligé c’est lui. Ah nooon, c’est elle. Attends, c’est elle ET lui. Ou alors c’est lui p’tet… » et où on arrive à la fin du film avec une tête de con parce qu’on s’est bien fait baisé tellement c’était pas ce à quoi on s’attendait. Bon à la toute fin je commençais à m’en douter mais ça a quand même tenu assez longtemps pour me retourner le cerveau. Une très bonne surprise donc, vu ce à quoi je m’attendais… Le film a réussi à me tenir en haleine jusqu’au bout, ce qui est déjà pas mal. Bon c’est un PG-13 donc faut pas s’attendre à la grosse trouille du siècle ou à des effusions de sang, mais d’un côté ça n’aurait rien ajouté au film qui, bien que peu stressant, s’en sort quand même avec les honneurs

2005_cry_wolf_010Et à droite je vous présente Jared, le futur père de mes enfants.

Je vous le conseille donc vivement, si vous pouvez mettre la main dessus n’hésitez pas, y a moyen de passer un moment sympa.

Publicités

Une réflexion sur “Revue: Cry_Wolf

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s